A Saint-Pierre, adoration perpétuelle avant le conclave

Trois religieuses mexicaines se relaient devant le Saint-Sacrement

Rome, (Zenit.org) Antonio Gaspari | 1391 clics

Dans la chapelle du Très-Saint-Sacrement de la basilique Saint-Pierre, trois religieuses contemplatives du Mexique se relaient devant Jésus présent dans l’Eucharistie pour l’Adoration perpétuelle, a révélé samedi 2 mars, le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

Cette adoration, a-t-il rappelé, fait partie des activités de préparation au conclave, tout comme la prière spéciale et la profession de foi qui sont organisées à la basilique, avant la messe du soir, pour le Collège des cardinaux.

Lors d’un nouveau point de presse, le P. Lombardi a également précisé que si « dans le Canon de la messe, dans la prière eucharistique, figure normalement une prière pour le Saint-Père », en cette période de Siège vacant, elle n’y figure pas, comme « ne figure pas à Rome celle pour l’évêque, puisque le pape est l’évêque de Rome ».

A propos des cardinaux présents à Rome, le directeur du bureau de presse du Saint-Siège a précisé qu’ils sont « 75 à y résider de manière permanente » et que 66 autres cardinaux non résidents ont indiqué leur résidence, de manière à ce que le Collège des cardinaux puisse connaître la date de leur arrivée et être en contact avec eux.

Concernant les cardinaux non électeurs, au moins deux cardinaux ont déjà annoncé que leur santé ne les permettait pas de venir à Rome.

Au plan logistique, les travaux dans la chapelle Sixtine, où se déroulera le conclave, n’ont pas encore commencé. Ce sera aux cardinaux de donner des indications sur le début des travaux.

Les services internes au Gouvernorat et la « Floreria » ont fait savoir qu’ils étaient prêts à préparer la chapelle Sixtine puisse accueillir le conclave.

La « Floreria » est un terme ancien qui désigne le bureau chargé de l’aménagement des divers appartements du Vatican, à commencer par ceux du pape. Elle coordonne la préparation logistique des audiences et des cérémonies pontificales. Ses employés assument aussi des charges de confiance dans diverses fonctions et responsabilités.

Evoquant la Chapelle Sixtine et la fresque de Michel-Ange peinte sur le mur du fond, le P. Lombardi a fait référence à au poème Triptyque romain écrit par le bienheureux Jean-Paul II.

Le pape polonais, qui a participé à deux conclaves en août et en octobre 1978, dit dans ce poème que c’est la « polychromie de la Sixtine » qui « propagera la Parole du Seigneur » et l’élection de «  Tu es Petrus » à qui seront remises « les clefs du Royaume ».

Dans une présentation du Triptyque Romain, le cardinal Joseph Ratzinger, écrit que ces paroles sont celles qui touchent le plus le lecteur. Lui-même ayant participé aux deux conclaves, il affirme : «  moi aussi présent je sais combien nous étions exposés à ces images aux heures de grandes décisions, combien elles nous interpellaient, combien elles insinuaient dans notre âme la grandeur de la responsabilité. » 

Traduction d’Océane Le Gall