A Syracuse, la Vierge Marie a pleuré, espérant la conversion de ses enfants

| 678 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 30 septembre 2003 (ZENIT.org) - A Syracuse, la Vierge Marie a pleuré, espérant la conversion de ses enfants, en particulier le renoncement à la culture de mort promue par la mafia : c’est ce que souligne Mgr Renato Martino, un des nouveaux cardinaux et président du conseil pontifical Justice et Paix.



Mgr Martino présidait ce soir l’eucharistie à l’occasion de l’inauguration du XIIIe congrès marial organisé à Syracuse sur le thème: « Les larmes au coeur de la ville », cinquante ans de l’événement miraculeux.

Les larmes de Marie à Syracuse interpellent tous ses enfants afin qu’ils s’engagent dans la construction de la civilisation de l’amour et de la paix affirmait Mgr Martino dans son homélie de la messe célébrée au sanctuaire même.

Ces larmes sont une attente pleine d’espérance et implorent la conversion des cœurs et des esprits », insistait Mgr Martino lors de sa conférence inaugurale sur le thème : « Syracuse : le mystère des larmes ».

« La douleur de Marie, manifestée par ses larmes, disait Mgr Martino, nous stimule à nous engager pour surmonter le mal et la souffrance, en premier lieu à lutter contre l’origine du mal qui est le péché, en comptant toujours plus sur la grâce de Dieu ».

Les larmes de la Vierge, soulignait Mgr Martino, sont une invitation pressante à la conversion personnelle et sociale, en particulier dans des domaines dont se préoccupe la doctrine sociale de l’Eglise comme la promotion authentique de la dignité de toute personne, la défense du droit inviolable à la vie, de la conception à la mort naturelle, la protection du droit à la liberté de conscience et à la liberté religieuse, la protection de la valeur et des droits de la famille, la participation active à la vie politique, la place de l’home au centre de la vie économique et sociale, la promotion d’une culture inspirée par les valeurs humaines et chrétiennes.

Mgr Martino n’a pas manqué de réclamer « le démantèlement des structures de péché qui sont à l’origine de tant de souffrances humaines ». « Nous ne devons pas, disait-il, baisser les bras devant des lois injustes et immorales, nous ne devons pas accepter des comportements qui puissent favoriser de mauvaises mœurs, nous ne devons pas collaborer, même indirectement, avec des organisations du « milieu » ».

« Sur cette terre de Sicile bénie, résonnent encore douloureusement, rappelait Mgr Martino, les paroles graves d’exhortation prononcées par Jean-Paul II à Agrigente dans la vallée des Temples contre « la culture de la mafia, qui est une culture de mort profondément inhumaine, anti-évangélique, ennemi de la dignité de la personne et de la coexistence humaine » (AGRIGENTE, 9 MAI 1993, INSEGNAMENTI DI GIOVANNI PAOLO II, VOL. XVI, I, PAG. 1155) ».