A un groupe hip-hop polonais : Le talent artistique, don de Dieu

Le "Centre de créativité nazionale" polonais au Vatican

| 1126 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 26 janvier 2004 (ZENIT.org) – Le talent artistique est un don de Dieu, soulignait Jean-Paul II qui a reçu dimanche matin un groupe de danseurs et de musiciens polonais de hip-hop, comme le rapporte Radio Vatican.



La musique hip-hop a fait une entrée remarquée au Vatican dimanche matin, en la salle Clémentine du palais apostolique, où, après l’angélus, Jean-Paul II a reçu un groupe de 70 artistes de la fondation polonaise "Centre de créativité nationale" (Centrum Twórczos´ci Narodowej). Cette fondation est née pour offrir un soutien aux marginaux et aux pauvres.

Le réalisateur polonais Krysztof Zanussi, vice-président de la fondation, et la ministre polonaise aux Affaires européennes, Mme Danuta Hübner, participaient à la rencontre.

Des danseurs de "break dance", et la musique "hip-hop" ont donc fait résonner les voûtes vaticanes de façon nouvelle.

Le pape a saisi cette occasion pour souligner l’importance des artistes dans la société moderne. "L’image du Créateur se reflète dans l’homme "créateur" disait Jean-Paul II: c’est pourquoi les artistes ont une grande responsabilité".

Le talent artistique est en effet "un don de Dieu", soulignait le pape, et "qui le découvre en lui-même sait qu’il ne peut gâcher ce talent mais qu’il doit le développer".

L’artiste, continuait le pape, ne doit cependant pas rechercher seulement l’autosatisfaction, mais servir par son talent "son prochain et la société dans laquelle il lui est donné de vivre".

Lorsque l’on parle de créativité, notait Jean-Paul II, "on pense spontanément au Beau". Mais "le Beau ne peut commencer à exister que lorsque la puissance du Bien se reflète dans sa nature".

Si, dans la créativité, "on ne se laisse pas guider par le Bien, ou, pire, si l’on se dirige vers le Mal, on n’est pas digne du titre d’artiste", faisait observer le pape, toujours selon la même source.

La fondation polonaise accueille aussi bien des danseurs de l’opéra, que des danseurs des rythmes modernes, des rappeurs, et des peintres armés de sprays.