Abus sexuels : Les épiscopats ont un an pour préparer des « directives »

Pour la cohérence au niveau de l'Eglise universelle

| 1376 clics

ROME, Lundi 16 mai 2011 (ZENIT.org) - Les épiscopats ont un an pour préparer des « directives » quant à la gestion des cas d'abus sexuels sur mineurs, indique la Congrégation pour la doctrine de la foi, indique aujourd'hui Radio Vatican dans cette synthèse.

« Le Vatican prend à bras le corps le dossier de la pédophilie. La Congrégation pour la doctrine de la foi demande à toutes les Conférences épiscopales du monde de préparer, d'ici mai 2012, des directives pour traiter des cas d'abus sexuels sur des mineurs commis par des membres du clergé, diocésain et religieux.

« Pour les aider dans ce travail, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal William Levada a rédigé une lettre circulaire. Objectif : Uniformiser les comportements des autorités ecclésiastiques des différents pays en garantissant la cohérence au niveau de l'Eglise universelle.

« Le texte insiste notamment sur la coopération avec les autorités civiles. Il rappelle que l'abus sexuel de mineurs n'est pas seulement un délit au plan canonique. C'est aussi un crime qui fait l'objet de poursuites au plan civil. Bien que les rapports avec les autorités civiles diffèrent selon les pays, il est cependant important de coopérer avec elles dans le cadre des compétences respectives.

« En particulier, on suivra toujours les prescriptions des lois civiles en ce qui concerne le fait de déférer les crimes aux autorités compétentes, sans porter atteinte au for interne sacramentel. Cette coopération ne se limite pas aux seuls cas d'abus commis par les clercs ; elle concerne également les cas d'abus impliquant le personnel religieux et laïc qui travaille dans les structures ecclésiastiques.

« Le texte rappelle par ailleurs que la responsabilité du traitement des cas d'abus sexuels sur des mineurs est d'abord du ressort des évêques ou des supérieurs majeurs. Si l'accusation paraît vraisemblable, l'évêque, le supérieur majeur ou leur délégué doivent procéder à une enquête préliminaire. Si l'accusation est jugée crédible, le cas doit être déféré à la CDF, Congrégation pour la doctrine de la foi. Après l'avoir examiné, la CDF indiquera à l'évêque ou au supérieur majeur les pas ultérieurs à accomplir ».