Académie des sciences sociales : Mme Margaret Scotford Archer présidente

Britannique, elle enseigne en Suisse

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 421 clics

Le pape a nommé comme présidente de l’Académie pontificale des sciences sociales, Mme Margaret Scotford Archer, ancienne directrice du "Centre d'Ontologie Sociale" de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), académicienne pontificale et membre du Conseil de l’Académie (Grande-Bretagne).

Mme Margaret Scotford Archer, 71 ans, est originaire de Grande-Bretagne, et elle a étudié la sociologie à l’Université de Londres. Elle a passé une grande partie de sa carrière à l’Université de Warwick, où elle a enseigné la sociologie pendant de nombreuses années.

Elle a enseigné à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, en Suisse. Elle a été nommée académicienne pontificale et membre du Conseil de l’Académie dès sa fondation par Jean-Paul II, le 19 janvier 1994.

C'est la seconde fois qu'une femme est nommée à ce poste, après Mme Mary Anne Glendon, en l'An 2000 - elle aussi membre de l'Académie depuis sa fondation -.

Sa recherche est centrée sur la philosophie des sciences sociales et plus précisément sur les « problèmes de structure et d’agent ». Elle a notamment mis au point l’approche dite « morphogénétique ».

Elle a été présidente de l’Association sociologique internationale (1986-1990), éditrice de “Current Sociology”, journal de cette association (1972-1980) ; membre du Comité scientifique du Prix Amalfi de l’Académie européenne ; et elle est intervenue au « IVe congrès ecclésial national » de la Conférence épiscopale italienne à Vérone en 2006.

Elle a écrit plus de 60 articles entre 1965 et 2004 et de nombreux livres, dont:

« Conflit social et changement éducationnel en Angleterre et en France : 1789-1848” (avec M. Vaughan, Cambridge University Press, Cambridge 1971);

“Etre humain: le problème de l’Agence (Cambridge University Press, Cambridge 2000);

“Tracer son chemin à travers la parole : rélflexivité humaine et mobilité sociale » (Cambridge University Press, Cambridge 2007);

« Conversations sur la réflexivité » (édition, Routledge, Abingdon 2010).