Accolade jésuite, tutoiement et humour

Le P. Adolfo Nicolàs rencontre le pape

Rome, (Zenit.org) | 2760 clics

Le pape François, premier pape jésuite de l’histoire, a rencontré le P. Adolfo Nicolàs S.J., supérieur général des jésuites, à la Maison Sainte-Marthe, dimanche 17 mars dernier, quatre jours après son élection au siège de Pierre : « Accolade jésuite, tutoiement et humour » au menu de cette rencontre, rapporte le P. Nicolàs.

Après cette visite sur laquelle le Vatican n’a pas communiqué, le P. Nicolàs a en effet écrit un compte rendu publié par le magasine jésuite « America ».

« A l’invitation personnelle du pape François, je me suis rendu à 17 h 30 à la Maison Sainte-Marthe, où logeaient les cardinaux présents au Conclave. Il se tenait à l’entrée et me reçut avec l’accolade d’usage entre jésuites. Quelques photos furent prises à sa demande », raconte le P. Nicolàs.

Il souligne ensuite la simplicité du nouveau pape : « Alors que je lui présentais mes excuses de ne pas suivre le protocole, il insista pour que je fasse envers lui comme envers tout autre jésuite en lui disant « tu », si bien que je n’avais pas à me soucier des titres de Sainteté ou Saint-Père. »

Selon le supérieur général, « l’ambiance fut marquée de paix, d’humour et de compréhension mutuelle, quant au passé, au présent et à l’avenir ».

Le P. Nicolàs précise qu’il a offert au pape François les « ressources » des jésuites afin de l’aider dans « sa nouvelle responsabilité ». Le pape a affirmé qu’il serait « heureux » de déjeuner à la « curie jésuite » à Rome, répondant à l’invitation du supérieur général.

« Nous avons parlé de plusieurs questions, avec un profond ressenti commun. Je garde la conviction que nous travaillerons très bien ensemble pour le service de l’Eglise au nom de l’Evangile », poursuit le P. Nicolàs qui se dit « convaincu de la valeur de notre pleine coopération avec lui à l’avenir dans la vigne du Seigneur ».

Il conclut : « A la fin, il m’a aidé à enfiler mon manteau et m'a raccompagné jusqu’à la porte. Ceci me valut un double salut de la part des Gardes Suisses en poste. Puis, à nouveau une accolade jésuite, ce qui est une bonne manière de rencontrer et de quitter un ami. »