Ad limina : 2013, l'année des évêques italiens

Ouverture avec le diocèse du pape

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 730 clics

Les visites « ad limina » de l’année 2013 ont commencées le 10 janvier 2013, avec le diocèse de Benoît XVI : le pape a en effet rencontré les évêques romains au Vatican.

Cette année, seuls les évêques italiens seront reçus en visite ad limina, en raison de leur grand nombre et du programme chargé de l’Année de la foi.

Les visites ont été ouvertes hier, Benoît XVI a reçu en audience le cardinal Agostino Vallini, son vicaire pour le diocèse de Rome, et ses évêques auxiliaires, Mgr Paolino Schiavon, Mgr Guerino Di Tora, Mgr Giuseppe Marciante, Mgr Matteo Maria Zuppi, Mgr Lorenzo Leuzzi, et Mgr Filippo Iannone, vice-régent.

Mgr Guerino Di Tora a confié au micro de Radio Vatican son émotion de sentir cette « profonde communion avec notre évêque Benoît », un « sens de grande communion » qu’il a constaté dans le « profond intérêt » du pape pour la ville, et pour ce qui est fait dans les communautés.

L’évêque voit dans sa mission « une coparticipation en pleine communion avec lui ». « Il nous a demandé de saluer aussi nos prêtres » et de porter « cet esprit de communion avec lui dans les paroisses », a ajouté Mgr Di Tora.

Cette visite s’est faite « sous le signe du courage », pour « aller de l’avant dans cette Année de la foi », et « être tous porteurs de la foi dans son environnement et dans sa situation au quotidien », a-t-il rapporté.

Chacun des évêques présents a exposé l’activité et la situation de son secteur du diocèse, a-t-il précisé par ailleurs : des constats généraux ont émergés, tels le bouleversement social de la ville, le rapport avec les religions non chrétiennes et enfin les situations de pauvreté.

Selon Mgr Di Tora, le pape a été très marqué, lors de ses visites dans les paroisses des banlieues, par la difficulté économique actuelle, surtout chez les familles. Lors de l’audience, il a exprimé sa satisfaction au sujet de l’activité caritative qui se fait à Rome.

Benoît XVI s’est intéressé également aux problèmes concernant le domaine de la santé, des hôpitaux.

Mgr Lorenzo Baldisseri, secrétaire de la Congrégation pour les évêques, a souligné récemment la place particulière de la Conférence épiscopale italienne, le pape étant « l’évêque de Rome », et ayant donc « un lien étroit avec les évêques italien : nous pourrions dire que le pape est “évêque italien” » (cf. Zenit du 8 janvier 2013).

De fait, l’Italie est l’unique pays où le président de la Conférence des évêques n’est pas élu par ses membres mais désigné par le pape.