Affaires économiques : l'opération transparence continue

Le Vatican prend l'initiative de sa communication

| 1157 clics

Anita Bourdin

ROME, vendredi 6 juillet 2012 (ZENIT.org) –  L’activité de la fameuse Préfecture pour les Affaires économiques du Saint-Siège et son statut seront présentés à la presse à l’automne prochain, a indiqué le P. Lombardi,  le 5 juillet, lors d’une rencontre avec la presse au Vatican.

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le P. Federico Lombardi, sj, a en effet annoncé que le Vatican donnera à cette occasion des informations « plus précises » sur la tâche de cet organisme du Saint-Siège et sur ses nouveaux responsables de nomination récente.

Le pape Benoît XVI a en effet nommé, le 21 septembre 2011, comme nouveau président de la Préfecture des affaires économiques du Saint-Siège (APSA), Mgr Giuseppe Versaldi.

Une mesure qui signifie à la fois que dans le domaine de la communication, le Vatican prend l’initiative et veut cesser de jouer en défense, et que l’opération de transparence voulue par le pape continue, après la visite – historique - des murs de l’Institut pour les oeuvres de religion (IOR), le 28 juin, par une soixantaine de journalistes italiens et étrangers et la conférence de presse présidée par Paolo Cipriani, directeur général de l’Institut, et 4 membres du Conseil de direction (cf. Zenit du 29 juin 2012).

Le P. Lombardi a ajouté, à propos de la réunion des cardinaux qui a fait l’objet, hier, d’un communiqué (cf. Zenit du 5 juillet 2012), que les 15 cardinaux étaient présents, ainsi que tous les membres du conseil, et qu’il constitue une « belle représentation internationale ».

Pour ce qui est du déficit enregistré par le budget 2011 du Saint-Siège, il a souligné qu’en dépit de la « crise » de nombreuses contributions sont arrivées du monde entier, dont de nombreux dons « anonymes ».

Ces dernières années, il y a eu des années de déficit et des années d’excédent, a-t-il fait observer, or, le déficit de cette année est dû non pas à une baisse du Denier de Saint-Pierre, ou d’autres dons, au contraire « en hausse ». Il a également souligné le bond en avant des bénéfices des Musées du Vatican.

Pour ce qui est des media du Vatican, régulièrement en déficit, le P. Lombardi, bien placé puisqu’il est aussi directeur de Radio Vatican et du Centre de télévision du Vatican, a annoncé que les réductions de dépenses déjà annoncées par Radio Vatican sont « appréciées ».

Il a en outre relevé le « climat positif » entre les cardinaux satisfaits de la façon dont on affronte le problèmes des déficits, « compréhensibles » par temps de crise.

En réponse aux journalistes, il a précisé que la contribution demandée aux diocèses – depuis Jean-Paul II – n’est pas un « impôt », mais une « invitation à qui peut davantage à apporter une contribution pour qui, dans l’Eglise est moins riche ». Ce soutien, il l’a rappelé, a été inauguré il y a une trentaine d’années et manifeste de plus en plus la « coresponsabilité » dans l’Eglise.

Il a confirmé - ce qu’affirme le communiqué du 5 juillet - que les économies se feront sans restriction de personnel.

A propos de l’adoption, par Moneyval, de son rapport final sur les mesures anti-recyclage d’argent de la part du Vatican (cf. Zenit du 4 juillet 2012), qui sera publié « d’ici un mois », accompagné « d’éventuelles observations du Vatican », il a déclaré : « Je suis serein, il semble qu’on soit sur la bonne voie ».

A une question sur la lettre de Benoît XVI au cardinal secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone (cf. Zenit du 4 juillet 2012), le P. Lombardi a fait remarquer qu’il s’agit d’un « témoignage d’estime » du pape pour le cardinal Bertone et d’« une chose normale ».

Enfin, pour ce qui est de Paolo Gabriele, principal suspect dans l’affaire « Vatileaks », il a déclaré ne pas avoir de nouvelles à rendre publiques : « L’enquête avance ».