Afrique du Sud : Le meurtrier du P. Louis Blondel avoue son crime

| 1377 clics

ROME, Jeudi 28 juillet 2011 (ZENIT.org) – Le meurtrier du P. Louis Blondel des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs), assassiné dans la nuit du 7 décembre 2009 à Diepsloot, l’une des township de Pretoria (Afrique du Sud), a avoué son crime, rapporte l’agence missionnaire Fides.

Nelson Kabelo Malope s’est déclaré coupable du meurtre dans le cadre d’une déposition faite devant la Haute Cour du Nord Gauteng de Pretoria. L’homme a avoué avoir pénétré dans l’habitation des missionnaires, à Diepsloot, avec un certain nombre de complices pour y réaliser un cambriolage.

Malope a reconnu être entré dans l’habitation par la fenêtre et avoir ensuite ouvert la porte à ses complices. Après avoir réveillé les autres personnes qui y habitaient et les avoir privé de leurs téléphones portables, les malfaiteurs se sont dirigés vers la chambre du Père Louis Blondel qui a ouvert la porte et a immédiatement été tué par balle.

Les complices de Malope seront jugés dans le cadre d’un procès séparé en février prochain.

Le père Louis Blondel, originaire du nord de la France, était âgé de 70 ans. Il avait enseigné la philosophie en Tanzanie pendant 15 ans. En 1987, il s’était transféré en Afrique du Sud et avait achevé en juin 2009 son second mandat de supérieur de la Province d’Afrique australe des Pères Blancs (province qui comprend le Malawi, le Mozambique et l’Afrique du Sud). Il a enseigné la philosophie au Séminaire Saint Pierre d’Hammanskraal.

Après avoir fondé « Cordis », un centre Emmaüs, et avoir travaillé au développement d’Orange Farm, une immense township de Johannesburg, il s’était transféré en 2009 à Diepsloot, une autre township de quelque 300 000 personnes se trouvant entre Johannesburg et Pretoria. A Diepsloot, le père Blondel avait ouvert une nouvelle paroisse.