Afrique du sud : Les Eglises contre l’industrie du sexe

Le card. Napier et le danger de traite humaine durant la coupe du monde

| 2068 clics


ROME, Jeudi 6 mai 2010 (ZENIT.org) - L'expérience montre que tout grand rendez-vous sportif, en attirant de nombreux touristes, se traduit par une augmentation de la demande de prestations sexuelles.

Pour la coupe du monde de football 2010 (11 juin - 11 juillet 2010), l'Afrique du sud prévoit l'arrivée d'une centaines de milliers de supporters sur le territoire : les organisations chargées de la protection de l'enfance et des droits de l'homme ont mis en garde contre une situation qui pourrait empirer avec l'arrivée frauduleuse d'adultes et d'enfants provenant d'Asie, d'Europe de l'est et d'autres régions d'Afrique pour alimenter l'industrie du sexe. 

A cette occasion, l'Eglise catholique se prépare évidemment à accueillir les équipes et les visiteurs, mais lance en même temps des initiatives visant à combattre ce risque d'exploitation (voir le site Churchontheball.com).  

Le cardinal Wilfrid Fox Napier, archevêque de Durban, dans un entretien à ZENIT, explique en quoi consiste ces initiatives mises en place par l'Eglise pour protéger les droits de l'homme, précisant que l'initiative d'une plus large distribution de préservatifs, pour empêcher la diffusion du SIDA/HIV, ne peut fonctionner : « C'est comme si on disait que la seule façon de soigner l'alcoolisme est de donner des boissons gratuites à tous les alcooliques ».

ZENIT : Eminence, quel est votre avis concernant le risque d'une augmentation de la prostitution infantile lors de la Coupe du monde?

Card. Napier : Il y a des signes qui montrent que les cartels et les mafias axés sur la traite d'êtres humains se sont déjà mis à l'œuvre. On signale aussi plus de cas d'enfants disparus ou d'enfants et de jeunes adultes qui se sont laissés piégés en acceptant des opportunités de travail « trop belles pour pouvoir y résister ».  
 
ZENIT : Y a-t-il des activités spécifiques que l'Eglise voudrait promouvoir à cette occasion?  

Card. Napier : Nous faisons beaucoup pour sensibiliser les personnes, en ayant recours, au besoin, à des cas concrets de vie vécue. Nous sommes également engagés, avec les écoles catholiques et les associations féminines, dans une activité d'information à grande échelle sur le thème de la traite des êtres humains. Je dois dire que le gouvernement aussi, pour sa part, a le mérite de faire beaucoup, se montrant ouvert à collaborer avec les organisations non gouvernementales.  
 
ZENIT : L'Eglise est-elle la seule à intervenir?  

Card. Napier : D'autres Eglises et confessions chrétiennes, ainsi que des personnes d'autres religions, sont de plus en plus impliquées. Par exemple, la conférence mondiale pour la religion et la paix, le conseil interreligieux KwaZulu, le forum national des leaders religieux.  
 
ZENIT : La vraie préoccupation est due à la crainte d'une plus grande transmission du virus du SIDA/HIV face à une plus grande demande du marché du sexe. Récemment la Grande-Bretagne a déclaré qu'elle aurait donné 42 millions de préservatifs à l'Afrique du sud, suite à une demande du pays, qui a mis en place un programme de prévention du SIDA spécialement pour la coupe du monde. Quel est votre point de vue?  

Card. Napier : Le gouvernement de Jacob Zuma ne cessera jamais de nous étonner! Depuis quelques semaines est lancée une campagne anti -HIV/SIDA très publicisée, dont l'objectif est que 15 millions de personnes se soumettent au test du SIDA/HIV ; toutefois le pas successif du gouvernement est d'accepter, ou « de demander et d'accepter », 42 millions de préservatifs de la Grande-Bretagne. C'est une folie!  

On dit que les préservatifs sont pour la coupe du monde : mais si les supporters de foot attendus pour l'événement ne sont que 250 à 300.000, et considérant le fait bien sûr que tous ne vivent pas dans la promiscuité, à qui sont-ils réellement destinés? N'avons-nous pas là un autre exemple de la décadence de l'occident et de sa volonté de liquider sa décadente marchandise aux décadentes élites émergentes ? 
 
ZENIT : La question qui fait débat est le contexte et la légitimité de l'industrie du sexe : les experts disent que la seule façon de prévenir le trafic d'êtres humains est de dépénaliser la prostitution et de promulguer des lois contre le trafic. A votre avis que faudrait-il faire?

Card. Napier : C'est comme si on disait : « La seule façon de soigner l'alcoolisme est de donner des boissons gratuites à tous les alcooliques ». Mais ôter les quelques limitations juridiques à l'imposant trafic de jeunes filles et de jeunes femmes n'a pas plus de sens. Une loi anti-traite, en tout cas, doit être dirigée contre ceux qui réduisent en esclavage les personnes victimes de la traite et contre ceux qui en tirent des bénéfices, c'est-à-dire contre ces mêmes hommes qui « utilisent » les prostituées. 
 
ZENIT : Une dernière question : comment naît la prière spéciale pour la FIFA World Cup 2010?  

Card. Napier : La prière, tout comme d'autres moyens mis en place par les Eglises au plan spirituel, sera disponible durant la Coupe du monde. Elle est le fruit d'un accord entre divers niveaux: Conférences épiscopales, diocèses et paroisses. 

Propos recueillis par Mariaelena Finessi