Afrique : première rencontre de « pastorale de la route/rue »

Initiative du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants

| 1329 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 10 septembre 2012 (ZENIT.org) – « Pastorale de la route: un chemin ensemble » est le thème de la première rencontre de pastorale de ce type pour le continent africain et Madagascar, qui se tiendra à Dar-es-Salaam, en Tanzanie, du 11 au 15 septembre 2012.

La rencontre est organisée par le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement en collaboration avec la Commission épiscopale pour les migrants de Tanzanie.

Quelques 85 participants sont attendus, de 31 nations du continent. Les travaux s’ouvriront avec le cardinal Polycarp Pengo, archevêque de Dar-es-Salaam, et Mgr Francisco Padilla, nonce apostolique en Tanzanie.

Le cardinal Secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone, enverra un message de la part de Benoît XVI et le cardinal Antonio Maria Vegliò, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, fera aussi parvenir un message.

Mgr Joseph Kalathiparambil, secrétaire du dicastère organisateur, Mgr Joseph Banga-Bane, vice-président de la Conférence épiscopale du Congo, Gladys Elise-Marie Ayatode, du Bénin, Sœur Florentine Raharinirina, de Madagascar, et Isabelle de Guillebon, du Sénégal, interviendront également.

L’objectif principal de cette rencontre est de « promouvoir des initiatives et programmes pastoraux de la part des Eglises locales pour le bien de ceux qui vivent sur dans la route ou de la rue » c’est-à-dire « les femmes et jeunes filles de la rue, les personnes sans domicile fixe, et celles préposés au transport sur la route et à la sécurité routière », explique un communiqué.

Les participants étudieront la réalité des femmes qui sont victimes de nouvelles formes d’esclavage, volontairement ou de manière forcée : la « reconnaissance insuffisante de la dignité et des droits des femmes » dans ces régions se traduit par un manque « de possibilités de formation, de travail et de respect », déplore le texte.

La rencontre analysera aussi la situation des enfants et des jeunes qui vivent dans la rue : parmi les nombreuses causes de cette situation, on relève majoritairement « la pauvreté, la violence familiale, les conflits tribaux et civils, la superstition, la criminalité organisée dans l’exploitation ».

Les besoins particuliers des personnes travaillant dans les transports, qui en Afrique subissent de « longs déplacements, avec de bas salaires sans assurance », et sont « exposés à de multiples difficultés, comme l’éloignement de leur famille, les longues attentes aux frontières et la fatigue », seront également abordés.

L’étude sera fondée notamment sur les “Orientations pour la pastorale de la route/rue”, publiées par le dicastère en 2007, et les deux documents du magistère sur la réalité du continent africain et la mission de l’Eglise locale : l'Eglise en Afrique de Jean-Paul II, en 1995, et Africae munus de Benoît XVI, en 2011.

D’après les données officielles, on compte 150 millions d’enfants dans les rues, dont 40% sont sans maison et 60% travaillent dans la rue pour soutenir leur famille.

Plus d’un milliard de personnes de la planète n’ont pas de logement décent et environ 100 millions n’ont aucun logement. Chaque jour, quelque 50.000 personnes en majorité femmes et enfants, meurent de manque d’abri adapté.

Quelques 3.000 personnes et 500 enfants meurent chaque jour d’accidents de route, et chaque années 1,3 millions de personnes perdent la vie sur la route tandis que 50 millions sont blessés. En 2030, les accidents de route pourraient être la première cause de mort dans le monde, pouvant atteindre 1,9 millions de victimes par an dès 2020.