Afrique : Promouvoir la formation de laïcs responsables

Message final de la IVème rencontre du FIAC pour l’Afrique occidentale

| 5551 clics

ROME, Vendredi 28 janvier 2011 (ZENIT.org) - Pauvreté, injustices sociales, mauvaise gouvernance, situation d'insécurité persistante, corruption, urgence de réconciliation et de formation intégrale, affirmation de la dignité humaine : autant de points qui ont été analysés par les participants à la IVème rencontre continentale du Forum international d'Action catholique, le FIAC, pour l'Afrique occidentale, qui s'est achevée le 23 janvier dernier, à Dakar, au Sénégal.

100 représentants des Mouvements d'Action catholique du Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, du Ghana, Mali, Nigéria et Sénégal, ainsi que des membres du secrétariat international de la FIAC de 4 pays (Italie, Espagne, Roumanie et Burundi), participaient à la rencontre, centrée sur le thème : « Vie, pain, paix et liberté. Pour une Afrique prospère, en paix, réconciliée ».

Selon le communiqué final, les participants ont convenu ensemble de « promouvoir et défendre les valeurs chrétiennes dans tous les domaines de la vie », de « mieux connaître et intégrer » leurs cultures respectives de manière « consciente et cohérente » à la lumière de l'Evangile.

Mais ils se proposent aussi d'approfondir « le dialogue interreligieux et interculturel » et  leur réflexion sur « le caractère ecclésial, la laïcité, l'organisation et la collaboration avec la hiérarchie : les quatre points d'Apostolicam actuositatem (n. 20) caractérisant les Mouvements d'Action catholique ».

Les laïcs membres de l'Action catholique d'Afrique occidentale ont aussi recommandé à la hiérarchie ecclésiastique de « promouvoir la formation des laïcs pour une plus grande efficacité de la mission de l'Eglise » et de « créer une synergie de réflexion et d'action, à tous les niveaux, entre pasteurs, personnes consacrées et laïcs, fondée sur la coresponsabilité dans la communion ».

Ils réclament la crèation d'un dialogue dans de bonnes conditions avec les hommes politiques et les responsables de la société civile, dans le souci de promouvoir le bien commun et l'Etat de droit.

Des remerciements particuliers ont été adressés au pape Benoît XVI pour ses encouragements à « s'engager sur les voies de la justice, de la réconciliation et de la paix » et à « ne pas avoir peur de consacrer du temps à sa foi, grâce à une solide formation spirituelle et humaine ».