« Aimez l’Eglise telle qu’elle est », exhorte le cardinal Danneels

A l’occasion de son départ à la retraite

| 2048 clics

ROME, Mardi 12 Janvier 2010 (ZENIT.org) - Alors que notre Eglise est « en pleine tempête », le cardinal Godfried Danneels, archevêque de Malines-Bruxelles et Primat de Belgique a invité les fidèles à fier leurs regards sur Jésus et à aimer l'Eglise « telle qu'elle est ».

Dans l'homélie qu'il a prononcée à l'occasion de la messe célébrée pour son départ à la retraite, le 8 janvier à Nivelles (Belgique), il a souhaité que l'on fixe notre « regard sur Jésus eucharistique » pour former une « Eglise d'adoration ». Une demande faite en « guise de testament d'un archevêque partant », a-t-il affirmé.

« Aimez l'Eglise, et aimez-la telle qu'elle est », a-t-il ajouté. « Certes, elle porte ses rides - c'est compréhensible après deux milles ans. Mais elle est belle et fidèle ».

Evoquant la liturgie de l'Eglise, le haut prélat a souhaité qu'elle soit célébrée « dans la ferveur et la beauté ». « C'est la liturgie qui contient sa plus grande force d'évangélisation. Personne n'échappe au charme mystérieux de la divine liturgie », a-t-il expliqué.

« Beaucoup de nos contemporains ne connaissent plus le message de l'évangile. Que faire ? », s'est-il encore demandé. « Commençons par développer en nous une saine prise de conscience de notre identité chrétienne. Annoncer et pratiquer l'évangile dans toute sa radicalité. Et surtout ne pas en faire un secret ».

« Jamais un homme n'a parlé comme Celui-là, disait-on de Jésus. Puisse-t-on le dire également de nous, chrétiens, à notre époque ».

« Il nous faudra le don de parler à notre époque : fermement et sans compromis, mais jamais sur un ton de supériorité ou de mépris; il nous faut le don de parler comme Jésus », a ajouté le cardinal Danneels. « ‘Il fut pris de pitié pour les foules, parce qu'elles étaient harassées et prostrées comme des brebis qui n'avaient pas de berger' (Mt 9,36). Parler à nos contemporains pour servir et non pour dominer ».

Après 30 ans de service comme archevêque de Malines-Bruxelles, le haut prélat a enfin souhaité jeter « un regard en arrière » sur sa vie d'évêque. « Je vois ce que j'ai pu réaliser et ce que je n'ai pas pu faire, je vois les succès et les échecs, les occasions que j'ai mises au profit et celles que j'ai manquées, je vois mes dons et mes défauts ».

« Que dire ? Avec le jeune curé dans le roman de Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne, j'ai envie de dire : ‘Tout est grâce'. Est-ce par hasard que s'est aussi une parole de sainte Thérèse de Lisieux : ‘Tout est grâce ‘. Oui, tout est grâce. Merci Seigneur ! »

[Le texte intégral de l'homélie du cardinal Danneels est disponible ci-dessous dans la section « Documents »]