Allemagne : Arrestation de parents opposés aux cours d’éducation sexuelle

43 associations demandent de veiller sur les droits fondamentaux et la liberté d’éducation

| 2307 clics

ROME, Mardi 22 mars 2011 (ZENIT.org) - Il y a deux semaines l'Europe découvrait qu'en Allemagne une mère avait été arrêtée pour ne pas avoir voulu faire suivre à ses enfants les cours d'éducation sexuelle donnés dans leur école publique, et que plus de 50 autres parents avaient été condamnés pour les mêmes raisons.



Lundi dernier, deux nouveaux cas d'arrestation de parents ont été signalés à ZENIT par l'association « Professionnels pour l'Ethique », « Alliance Defense Fund » (ADF) : Il s'agit de pères de famille de la ville de Salzkotten, Eduard W., père de huit enfants et Artur W., père de dix enfants qui attend son onzième.

Ces derniers ont refusé que leurs enfants participent au programme scolaire d'éducation sexuelle, n'étant pas en accord avec l'éducation sexuelle que l'on veut imposer aux enfants, de manière obligatoire, et estiment que les y obliger est violer leurs droits humains et civils.

Ces cas s'ajoutent au dernier cas de Madame Wiens arrêtée il y a quelques jours (cf. ZENIT, 9 mars 2011) et pour qui le Tribunal européen des droits de l'homme à Strasbourg a refusé de demander des mesures urgentes visant sa libération, rapporte Roger Kiska, l'avocat de l'ADF.


« Nous sommes convaincus que lorsque le Tribunal de Strasbourg devra prendre une décision sur les cas de pères et mères arrêtés pour avoir exercé leurs propres droits de parents, la justice l'emportera », a néanmoins affirmé l'avocat.

En attendant, en Espagne, le mouvement « Professionnels pour l'Ethique » a publié une déclaration en faveur de tous ces parents allemands condamnés, signée par une quarantaine d'associations d'Espagne, Irlande, Italie, Belgique, France, Slovaquie, Allemagne, Etats-Unis, Philippines, Mexique et Norvège, exhortant les autorités allemandes à relâcher ceux qui ont été arrêtés.

La déclaration demande également aux institutions européennes de veiller sur les droits fondamentaux et la liberté d'éducation.

Ella a été envoyée à la Chancellerie fédérale allemande, au gouvernement fédéral allemand, aux ministères de la culture et de l'Education des Etats allemands fédérés, aux institutions du conseil européen, aux représentants des gouvernements allemand et espagnol du Conseil de l'Europe, au parlement européen, à l'ambassade allemande en Espagne, aux tribunaux qui ont condamné les parents allemands à l'emprisonnement.
Pour plus d'informations www.profesionalesetica.org