Allemagne : l'Année de la foi, perspectives (II et fin)

Par Mgr Zollitsch

| 1355 clics

Propos recueillis par Jan Bentz

Traduction d’Océane Le Gall

ROME, lundi 16 juillet 2012 (ZENIT.org) – Le président de la conférence allemande, Mgr Robert Zollitsch, évêque de Fribourg-en-Brisgau, analyse la situation de foi dans son pays, A l’approche de l’ouverture, le 11 octobre prochain, de l’Année de la Foi, proclamée par Benoît XVI.

La première partie de l’entretien avec Mgr Robert Zollitsch, a été publiée vendredi 13 juillet.

Zenit – Benoît XVI souhaite que l’Année de la foi soit l’occasion d’un approfondissement des principaux documents du Concile Vatican II et du Catéchisme de l’Eglise catholique. Comment les évêques allemands ont-ils accueilli cette demande ? Quel rôle les nouvelles technologies joueront-elles? Concernant les jeunes, est-ce que « YouCat » aussi sera utilisé ?

Mgr Zollitsch -  Sur  Internet, par exemple sur la page d’accueil de la conférence épiscopale allemande, nous offrons les textes du Concile à relire et à connaître, et ceux du Catéchisme. Ces deux éléments sont en effet constitutifs de la vie de l’Eglise, il ne s’agit donc pas d’activisme, mais d’un renforcement de nos efforts de médiation, efforts que nous déployons déjà depuis longtemps.

Nous ne commençons pas maintenant, au contraire je suis heureux de voir que, grâce aux nouveaux outils de la communication nous avons déjà pu entreprendre des chemins importants. Transmettre le Catéchisme dans sa totalité peut ne pas sembler facile au début. Mais la lecture est importante : c’est ce que nous, évêques, nous essayons d’expliquer. Dans ce contexte, YouCat jouera un rôle important.

Dans la Note avec indications pastorales pour l’Année de la foi on demande aux conférences épiscopales une vérification des catéchisme locaux et des divers manuels catéchétiques, pour garantir leur pleine conformité avec le Catéchisme de l’Eglise catholique (II,9). Qu’est-ce que la conférence épiscopale allemande entreprend?

Oui, nous y travaillons. Mais ici aussi, le principe est de ne pas tomber dans l’activisme mais de revoir et mettre à jour régulièrement nos publications. Dans ce domaine aussi, il y a des échanges avec Rome et c’est une bonne chose.

La même Note dit que l’Année de la Foi sera « une occasion propice pour un accueil plus attentif des homélies, des catéchèses, des discours et des autres interventions du Saint-Père »  (I, 7)…

Certes, nous nous en occupons. Dans aucun autre pays on ne trouve autant de publications de textes du pape que chez nous, en Allemagne. Il suffit de jeter un coup d’œil au site www.dbk.de, de la conférence épiscopale, Il y a deux ans nous avons créé exprès une rubrique pour les discours importants du pape. Nous cherchons ainsi à répandre les paroles du Saint-Père sur Internet et dans un grand nombre de publications sur papier.

Pouvez-vous dire quelques mots d’encouragement aux chrétiens qui aujourd’hui souffrent de discrimination?

Nous chrétiens en Allemagne nous connaissons des situations de persécution grâce à notre histoire. Aujourd’hui nous avons le devoir d’aider les chrétiens opprimés ailleurs « à cause de moi » (cf. Mt 5,11) et tous ceux qui sont persécutés. Il nous est demandé de prier mais aussi d’être actif pour réaliser la liberté religieuse au niveau global.

Je voudrais encourager les communautés à toujours témoigner de leur foi et leur disponibilité à la non-violence. Ils ne doivent pas se démoraliser, car le témoignage de l’Evangile est et sera toujours un signe de contradiction. Nous avons reçu l’espérance que « là où il y a Dieu, là se trouve l’avenir ».

Il faut surtout regarder les nombreux chrétiens qui façonnent leur vie sur la foi et font de grandes choses pour notre société. Il y a beaucoup de bonnes choses et des choses encourageantes en Allemagne. Ceux qui ne regarderont pas que les défauts, mais le bien, apprendront à s’émerveiller et à devenir reconnaissants.