Amérique/culture : Rencontre « historique » sous la présidence du card. Poupard

La culture de l´espérance

| 413 clics

ROME, Mardi 17 juillet (zenit.org) - Les représentants des conférences épiscopales de tout le continent américain, de l’Alaska à la Terre de feu, ainsi que les cardianux, les évêques, et les membres du conseil pontifical de la culture sont réunis sous la présidence du cardinal Paul Poupard, président de ce dicastère, et pour la première fois, pour rèfléchir ensemble à la transmission de l’Evangile dans les cultures du continent. Une rencontre que Radio Vatican reconnaît comme « historique ».



Dans son introduction , le cardinal Poupard a fait un exposé historique depuis la première évangélisation de l’Amérique jusqu’à la situation actuelle de l’homme contemporain, analysant les nouveaux problèmes qui se posent pour la Nouvelle Evangélisation.

Le cardinal Bernard Law, archevêque de Boston, membre du conseil pontifical de la culture, a ensuite analysé les composantes de la « culture médiatique ». Une donnée « très importante » souligne le cardinal Poupard au micro de Radio Vatican, « parce que nous savons tous que les media américains, surtout à travers le puissant réseau de CNN, fournissent ce qui semble toujours être la dernière vérité de la journée à plus d’un milliard de personnes dans le monde ». Et d’ajouter : « Le cardinal Law ne nous a pas caché la gravité de la situation en cette époque de globalisation dans laquelle un petit nombre de personnes chosissent l’information, un choix et une façon de présenter les nouvelles qui n’est pas toujours bienveillant envers l’Eglise catholique ».

La seconde intervention manifestait la « volonté de passer du nord au sud du continent », commente le cardinal Poupard, puisque la parole était donnée au cardinal Claudio Hummes, archevêque de São Paulo, qui soulignait « la difficulté de mettre en oeuvre une pastorale de la culture dans les grandes métropoles qui, comme c’est le cas à Mexico, vont jusqu’à rassembler 25 millions d’habitants ». La questin fondamentales est : « Quelle sera la nouvelle culture de toutes ces personnes qui arrivent dans les grandes cités, quittent et perdent leurs racines humaines, culturelles et spirituelles traditionnelles ? » « L’Eglise, souligne le cardinal Poupard, doit par conséquent faire face à un énorme défi de façon à ne pas laisser émerger une culture qui suffoque les racines traditionnelles et séculaires de ces populations ».

Le cardinal soulignait un autre défi qui se propose à l’Eglise, surtout en Amérique : celui des sectes, plus « insidieux », dit-il. « Comment dialoguer, demande-t-il, avec des groupes qui veulent détruire ? Il faut donc toujours faire une distinction entre l’attitude de certains de ces mouvements et le devoir pastoral d’être proche des gens, et de comprendre pourquoi ils se sont tournés vers une secte. C’est justement à cause de la grande concentration humaine que l’action pastorale de l’Eglise est difficile et qu’il faut une formation adéquate des prêtres qui spoient capables de former ensuite des laïcs de façon à animer la présence de petites communautés de vie autour de la Parole de Dieu ».

Le cardinal Poupard a rencontré de nombreux recteurs des universités mexicaines, pour réfléchir au projet culturel de l´université et à son service, son service de la vérité.

"Nous nous trouvons dans un moment de pluralisme qui génère souvent le scepticisme. Il est par conséquent nécessaire de former des professeurs afin qu´ils soient de vrais éducateurs respectant toujours et partout la méthodologie propre de chaque faculté mais ayant également tous comme objectif commun la formation intégrale de la personne. Nous devons faire en sorte que au-delà de la formation spécifique d´une faculté, il y ait toujours une véritable école de la pensée et de l´action: ce que nous appelons la pastorale de l´intelligence, et, en reprenant le programme récemment dessiné par le Saint-Père, dans sa dernière lettre apostolique, la nécessité de promouvoir et de travailler à la sainteté aussi dans l´Université.
Je veux conclure en soulignant encore une fois l´importance de ce moment historique qui est caractérisé par tant de difficultés mais qui présente aussi tant de possibilités. Il est par conséquent nécessaire de promouvoir une culture de l´espérance dans le Christ Rédempteur".