Amérique latine: La JMJ de Toronto pour évangéliser le continent

Audience à la Commission pour l´Amérique latine

| 355 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 23 mars 2001 (ZENIT.org)- La prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse de Toronto (juillet 2002) a été désignée ce matin par Jean-Paul II comme une occasion nouvelle et décisive pour l´évangélisation des jeunes de tout le continent.



Le pape recevait ce matin au Vatican les membres de l´assemblée annuelle de la Commission pontificale pour l´Amérique latine.

Réunies ces jours-ci en assemblée, la commission a abordé les problèmes des Eglises locales à partir de l´exhortation apostolique post-synodale de Jean-Paul II, Ecclesia in America (22 janvier 1999), et à la lumière de la Lettre apostolique Novo millennio ineunte (6 janvier 2001). Le pape évoquait les 5 siècles d´évangélisation du continent américain et la moitié de la population catholique réside dans ces pays dont l´identité culturelle est profondément marquée par l´Evangile, tout en soulignant les défis qui se présentent aux baptisés de continent.

Une puissante force d´évangélisation pour le monde
Se fondant sur Ecclesia in America le pape rappelait l´importance de l´évangélisation des jeunes en qui reposent "l´espérance" et les "attentes" de "communion" plus grande à l´avenir, et de plus grande "solidarité" pour l´Eglise et la société américaine. Le pape prenait comme référence la JMJ d´août 2000: une puissante force d´évangélisation pour le monde d´aujourd´hui. C´est pourquoi il insistait sur la préparation de Toronto 2002.

L´intégrité de la foi dans le Christ et l´Eglise
Le plus important, disait en substance le pape, est de conserver, défendre et accroître l´intégrité de la foi, d´où l´importance de la déclaration Dominus Jesus sur l´unicité et l´universalité du salut en Jésus-Christ et l´Eglise. Une déclaration publiée l´an dernier par la Congrégation pour la doctrine de la foi et que lui-même, Jean-Paul II a confirmée et ratifiée. Par cette déclaration, continuait le pape, les fidèles sont appelés à renouveler leur adhésion à Jésus, Christ et Seigneur, en témoignant qu´il est aujourd´hui et toujours Chemin, Vérité et Vie.

Le problème crucial des sectes
Le problème crucial des sectes constitue, continuait Jean-Paul II, un grave obstacle à l´effort d´évangélisation: un phénomène devant lequel on ne peut rester indifférent. Le pape invitait à une action pastorale décisive pour relever ce défi en revoyant les méthodes pastorales et en renforçant les structures de communion et de mission, et en purifiant la religiosité populaire.

Les vocations et le rôle de l´évêque
Le pape s´arrêtait aussi à la pastorale des vocations, parce que le continent sud-américain a besoin de davantage de prêtres. Il préconisait des cours pour la préparation des formateurs, qui disait-il, doivent être des "prêtres exemplaires", et "en parfaite harmonie" avec le magistère de l´Eglise. Il recommandait aux évêques une présence "assidue et constante" auprès de leurs séminaristes et de leurs prêtres pour les accompagner, les encourager et les stimuler à un travail généreux. Il leur donnait pour modèle saint Turibe de Mogrevejo, évêque de Lima (Pérou), que l´Eglise fête aujourd´hui et qu´il a lui-même déclaré, en 1983, patron des évêques d´Amérique latine. Le pape confiait aussi une nouvelle fois l´évangélisation du continent à l´intercession de Notre-Dame de Guadalupe.

La Commission pontificale
La Commission pontificale pour l´Amérique latine a été fondée par Pie XII en 1958, dans le but d´étudier de façon unifiée les principaux problèmes de la vie catholique, de la défense de la foi en Amérique latine. Elle doit favoriser une étroite collaboration entre les dicastères romains et les Eglises locales, et en particulier les conférences épiscopales latino-américaines (Celam). Depuis juillet 1969, elle dépend de la Congrégation des évêques. Elle est composée d´une cinquantaine de cardinaux et évêques, membres ou conseillers. Elle est présidée par le préfet de la congrégation des évêques, actuellement le cardinal Giovanni Battista Re, assisté d´un vice-président, Mgr Cipriano Calderón.