Angélus du 30 septembre 2012, allocution de Benoît XVI

Utiliser les biens matériels dans la perspective de la solidarité

| 928 clics

ROME, dimanche 30 septembre 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI exhorte à utiliser les biens matériels « dans la perspective de la solidarité et du bien commun », en agissant toujours « avec équité et moralité », c’est-à-dire « dans la recherche continuelle des biens éternels ».

Le pape a présidé la prière de l’angélus, entouré de visiteurs du monde entier, ce matin, 30 septembre 2012, dans la cour intérieure de sa résidence estivale de Castelgandolfo.

Au terme de la prière, Benoît XVI a exprimé sa « préoccupation » pour les conflits dont souffre la population de l’Est de la République démocratique du Congo, assurant de sa proximité et de sa prière et appelant à trouver « des voies pacifiques de dialogue » afin que « revienne au plus vite la paix ».

Paroles de Benoît XVI en italien avant l’angélus :

Chers frères et sœurs,

L’évangile de ce dimanche présente un de ces épisodes de la vie du Christ qui, même s’ils sont donnés pour ainsi dire, en passant, contiennent une signification profonde (cf. Mc 9,38-41). Un certain homme, qui n’était pas parmi ceux qui suivaient Jésus, avait chassé des démons en son nom. L’apôtre Jean, jeune et zélé, voudrait l’en empêcher, mais Jésus ne le permet pas, au contraire, il saisit cette occasion pour enseigner à ses disciples que Dieu peut opérer des choses bonnes et même prodigieuses, y compris à l’extérieur de leur cercle, et que l’on peut collaborer au Règne de Dieu de diverses façons, y compris en offrant un simple verre d’eau à un missionnaire (v. 41).

Saint Augustin écrit à ce propos : « De la même façon que dans l’Eglise catholique on peut trouver ce qui n’est pas catholique, ainsi à l’extérieur de l’Eglise il peut y avoir quelque chose de catholique » (Augustin, Sur le baptême contre les donatistes: PL 43, VII, 39,77). Par conséquent, les membres de l’Eglise ne doivent pas éprouver de jalousie, mais se réjouir si quelqu’un d’extérieur à la communauté accomplit le bien au nom du Christ, pourvu qu’il le fasse avec une intention droite et avec respect.

A l’intérieur de l’Eglise aussi, cela peut arriver, parfois, qu’on ait de la peine à valoriser et à apprécier, dans un esprit de communion profonde, les bonnes choses accomplies par les réalités ecclésiales variées. Mais nous devons être tous et toujours capables de nous apprécier et de nous estimer réciproquement, louant le Seigneur pour l’infinie ‘imagination’ avec laquelle il œuvre dans l’Eglise et dans le monde.

Dans la liturgie d’aujourd’hui résonne aussi l’invective de l’apôtre Jacques contre les riches malhonnêtes, qui mettent leur sécurité dans les richesses accumulées à force d’abus (cf. Jc 5,1-6). A ce sujet, Césaire d’Arles affirme dans son discours: « La richesse ne peut faire de mal à un homme bon, car il la donne avec miséricorde, et elle ne peut aider un homme mauvais, tant qu’il la conserve avidement ou la gaspille dans la dissipation » (Sermons 35, 4). Les paroles de l’apôtre Jacques, qui mettent en garde contre la vaine convoitise des biens matériels, constituent un rappel fort à les utiliser dans la perspective de la solidarité et du bien commun, agissant toujours avec équité et moralité, à tous les niveaux.

Chers amis, par l’intercession de la Très Sainte Vierge, prions afin que nous sachions nous réjouir de chaque geste et initiative de bien, sans envies et jalousies, et utiliser sagement les biens terrestres dans la recherche continuelle des biens éternels.

Paroles de Benoît XVI après l’angélus :

(En italien)

Je suis avec affection et préoccupation les évènements de la population de l’Est de la République démocratique du Congo, qui sont objets, ces jours-ci, d’attention de la part d’une Réunion de haut niveau, aux Nations Unies. Je suis particulièrement proche des réfugiés, des femmes et des enfants, qui à cause des conflits armés persistants subissent des souffrances, des violences et de profonds désagréments. J’invoque Dieu, pour que l’on trouve des voies pacifiques de dialogue et de protection de tant d’innocents et afin que revienne au plus vite la paix, fondée sur la justice, et que soit rétablie la cohabitation fraternelle dans cette population si éprouvée, ainsi que dans la région entière.

(En français)

Chers frères et sœurs, en cette période de rentrée universitaire, j’encourage les enseignants et les éducateurs dans leur haute mission au service de la jeunesse. Puissiez-vous donner aux étudiants le goût d’apprendre pour avoir un métier et prendre leur place dans la société.

L’université peut être un lieu où se vit déjà la fraternité. Un lieu duquel Dieu ne peut pas être absent. J’invite les adultes à éduquer en toutes circonstances les plus jeunes à l’estime mutuelle, à l’attention à l’autre et à la recherche de Dieu. Que Jésus soit notre guide sur le chemin de l’amour du prochain et de la prière ! Bonne rentrée à tous !

(A nouveau en italien)

J’adresse enfin un salut cordial aux pèlerins de langue italienne, en commençant par les membres renouvelés du Conseil pastoral de la paroisse de Castelgandolfo. Chers amis, comme vous le savez, demain je rentre au Vatican; avec affection je vous dis “au revoir” et je vous prie de porter mes salutations à la communauté entière.

Je salue le groupe Scout de Bisuschio et le « Lions Club » de Castellabate Cilento Antico. Je voudrais aussi adresser mes souhaits à la nouvelle mission «Jésus au centre», du diocèse de Rome, qui cette semaine se déroulera sur le territoire d’Ostie. Je prie pour ce moment fort de témoignage et d’annonce. A vous tous, chers amis, bon dimanche !

© Libreria Editrice Vaticana

Traduction de Zenit, Anne Kurian