Angélus du 4 mars 2012, allocution de Benoît XVI

Prendre chaque jour un moment pour prier en silence

| 1622 clics

ROME, dimanche 4 mars 2012 (ZENIT.org) – Prendre « chaque jour un moment pour prier en silence et écouter la Parole de Dieu » : c’est ce que Benoît XVI demande aux catholiques spécialement pendant le carême.

De retour de sa visite pastorale à la paroisse romaine Saint-Jean-Baptiste de La Salle, Benoît XVI a en effet présidé, ce 4 mars, comme chaque dimanche,  la prière de l'angélus de midi, de la fenêtre de son bureau qui donne place Saint-Pierre, en présence de milliers de visiteurs, et en direct à la télévision et à la radio.

En ce deuxième dimanche de carême, le pape a expliqué le mystère de la Transfiguration du Christ.

Paroles de Benoît XVI en italien avant l’angélus :

Chers frères et sœurs,

Ce dimanche, deuxième dimanche de carême, est caractérisé par la Transfiguration du Christ. En effet, durant ce parcours de carême, la liturgie, après nous avoir invités à suivre Jésus dans le désert, pour affronter et vaincre avec Lui les tentations, nous propose de gravir avec Lui la « montagne » de la prière, pour contempler sur son visage humain la lumière glorieuse de Dieu. L’épisode de la transfiguration du Christ est rapporté de manière unanime par les évangélistes Matthieu, Marc et Luc. On y trouve deux éléments essentiels : tout d’abord, Jésus monte avec les disciples Pierre, Jacques et Jean sur  une haute montagne, où « il est transfiguré devant eux » (Mc 9,2), son visage et ses vêtements resplendissent de lumière, tandis qu’à côté de Lui apparaissent Moïse et Elie; deuxièmement, une nuée couvre le sommet de la montagne et d’elle sort une voix qui dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le! » (Mc 9,7). Donc la lumière et la voix: la lumière divine qui resplendit sur le visage de Jésus, et la voix du Père céleste qui témoigne pour Lui et ordonne de l’écouter.

On se saurait détacher le mystère de la transfiguration de son contexte, qui est le chemin que Jésus est en train de parcourir. Celui-ci est désormais résolu à aller jusqu’au bout de sa mission, pourtant il sait que, pour atteindre la résurrection, il devra passer par la passion et la mort sur la croix. C’est de cela qu’il a parlé ouvertement aux disciples, Mais ceux-ci n’ont pas compris, ou plutôt ils ont refusé cette perspective, car ils ne raisonnent pas selon la pensée de Dieu mais selon celle des hommes (cf. Mt 16,23). Aussi Jésus emmène-t-il avec lui sur la montagne trois d’entre eux et il révèle sa gloire divine, splendeur de Vérité et d’Amour. Jésus veut que cette lumière puisse éclairer leurs cœurs quand ils traverseront l’obscurité profonde de sa passion et de sa mort, quand le scandale de la croix sera, pour eux, insupportable. Dieu est lumière, et Jésus veut offrir à ses amis les plus intimes l’expérience de cette lumière, qui demeure en Lui. Ainsi, après cet événement,  Il sera cette lumière intérieure qui, en eux, saura les protéger de l’assaut des ténèbres. Même dans la nuit la plus sombre, Jésus est  une lampe qui ne s’éteint jamais. Saint Augustin résume ce mystère en utilisant cette très belle expression : « Ce qu'est ce soleil pour les yeux de la chair, Jésus l'est pour les yeux du cœur «  (S. Augustin, Sermons  78, 2).

Chers frères et sœurs, nous avons tous besoin de lumière intérieure pour surmonter les épreuves de la vie. Cette lumière vient de Dieu, et c’est le Christ qui nous la donne, Lui en qui habite la plénitude de la divinité (cf. Col 2,9). Gravissons avec Jésus la montagne de la prière et, en contemplant son visage plein d’amour et de vérité, laissons-nous nous remplir intérieurement de sa lumière. Demandons à la Vierge Marie, notre guide sur le chemin de la foi, de nous aider à vivre cette expérience en ce temps de Carême, trouvant chaque jour un moment pour prier en silence et écouter la Parole de Dieu.

Paroles de Benoît XVI en français après l’angélus :

Je suis heureux de saluer les jeunes de Dambach-la-Ville et d’Epfig et les lycéens de Saint-Vincent de Paul à Loos-les-Lille. Chers jeunes francophones, n’ayez pas honte d’être chrétiens et de vivre le Carême dans vos lieux de vie. Offrez chaque jour au Seigneur un temps de prière ; montrez-vous bons et charitables avec qui est dans le besoin ; et privez-vous, non de la nourriture terrestre, nécessaire à votre âge, mais de ce qui vous éloigne de Dieu et du prochain. Il existe d’innombrables manières de jeûner qui sont adaptées à tout âge. À l’exemple de la Vierge Marie, accueillez en vous la vie de Dieu, enracinez votre vie en Dieu ! Je vous souhaite à tous une belle montée vers Pâques !

© Libreria Editrice Vaticana 2012

Traduction d’Isabelle Cousturié pour ZENIT