Angélus du dimanche 9 janvier (baptême du Christ)

Paroles de Benoît XVI

| 1643 clics

ROME, Dimanche 9 janvier 2011 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous les paroles prononcées par le pape Benoît XVI, ce dimanche, à l'occasion de la prière de l'Angélus.

AVANT L'ANGELUS

Chers frères et sœurs,

L'Eglise célèbre aujourd'hui le Baptême du Seigneur, fête qui conclut le temps liturgique de Noël. Ce mystère de la vie du Christ montre visiblement que sa venue dans la chair est l'acte sublime d'amour des Trois Personnes divines. Nous pouvons dire qu'à partir de cet événement solennel, l'action créatrice, rédemptrice, et sanctificatrice de la Très sainte Trinité, sera toujours plus manifeste dans la mission publique de Jésus, dans son enseignement, dans ses miracles, sa passion, sa mort et sa résurrection.

Nous lisons en effet dans l'Evangile selon saint Matthieu qu' « Dès que Jésus fut baptisé, il sortit de l'eau ; voici que les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : 'Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour'  » (3, 16-17). L'Esprit Saint « demeure » sur le Fils et témoigne de sa divinité, alors que la voix du Père, venant des cieux, exprime la communion d'amour. « Dans la conclusion de la scène du baptême, il nous est dit que Jésus a reçu la véritable 'onction', qu'Il est l'Oint attendu » (Benoît XVI, « Jésus de Nazareth », Flammarion, 2007, p. 45), ce qui confirme la prophétie d'Isaïe : « Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui j'ai mis toute ma joie » (Is 42, 1).

C'est vraiment le Messie, le Fils du Très-Haut qui, en sortant des eaux du Jourdain, institue la régénération dans l'Esprit et ouvre à ceux qui le veulent la possibilité de devenir enfants de Dieu. Ce n'est pas en effet par hasard que chaque baptisé acquiert le « caractère » d'enfant à partir du nom de chrétien, signe indubitable que l'Esprit Saint fait naître « de nouveau » l'homme du sein de l'Eglise.

Le bienheureux Antonio Rosmini affirme que « le baptisé subit une opération secrète mais très puissante par laquelle il est élevé à l'ordre surnaturel, il est mis en communication avec Dieu » (« Du principe suprême de la Méthode », « Del principio supremo della metodica », Turin 1857, n. 331). Tout cela s'est réalisé à nouveau ce matin, au cours de la célébration eucharistique, en la chapelle Sixtine, où j'ai conféré le sacrement du baptême à 21 nouveaux-nés.

Chers amis, le baptême est le début de la vie spirituelle, qui trouve sa plénitude grâce à l'Eglise. A l'heure propice du sacrement, alors que la communauté ecclésiale prie et confie à Dieu un nouvel enfant, les parents et les parrains s'engagent à accueillir le nouveau-baptisé en le soutenant dans la formation et dans l'éducation chrétienne. Et c'est une grande responsabilité, qui découle d'un grand don ! C'est pourquoi je désire encourager tous les fidèles à re-découvrir la beauté d'être baptisés et à donner un joyeux témoignage de leur foi, afin qu'elle porte des fruits de bien et de concorde.

Nous le demandons par l'intercession de la bienheureuse Vierge Marie, Secours des chrétiens, à laquelle nous confions les parents qui se préparent au baptême de leurs enfants, ainsi que les catéchistes. Que toute la communauté participe à la joie de la renaissance de l'eau et de l'Esprit Saint !

APRES L'ANGELUS

(En italien)

Dans le contexte de la prière mariale, je désire réserver un souvenir particulier à la population de Haïti, un an après le terrible tremblement de terre qui a hélas été suivi par une terrible épidémie de choléra. Le cardinal Robert Sarah, président du Conseil pontifical Cor Unum, se rend aujourd'hui sur l'île des Caraïbes pour exprimer ma proximité constante et celle de toute l'Eglise.

Je salue le groupe des parlementaires italiens ici-présents et je les remercie de leur engagement, partagé avec leurs autres collègues, en faveur de la liberté religieuse. Avec eux, je salue aussi les fidèles coptes ici-présents auxquels je redis ma proximité.

(En français)

Je vous salue cordialement, chers pèlerins francophones ! Le Baptême du Seigneur que nous célébrons aujourd'hui clôt le cycle de Noël et nous introduit dans le temps ordinaire. Nous revivons notre propre naissance en Jésus-Christ qui fait de nous ses frères, et nous comble de l'amour de son Père. Ouvrons nos cœurs au souffle de l'Esprit Saint pour rester fidèles à notre vocation de fils de Dieu. Que la Vierge Marie intercède pour nous ! Bon dimanche à tous !

© Copyright du texte original plurilingue : Libreria Editrice Vaticana

[Traduction française : Zenit]