Angélus du mercredi 8 décembre : fête de l’Immaculée Conception

Texte intégral

| 1861 clics

ROME, Mercredi 8 décembre 2010 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le texte des paroles prononcées ce mercredi par Benoît XVI lors de la prière de l'Angélus, place Saint-Pierre, à l'occasion de la fête de l'Immaculée Conception.

AVANT L'ANGELUS  

Chers frères et sœurs !

Aujourd'hui, notre rendez-vous pour la prière de l'Angélus revêt une lumière spéciale dans le contexte de la solennité de l'Immaculée Conception de Marie. L'Evangile de l'Annonciation (Lc 1,26-38) est proclamé dans la liturgie de cette fête, qui contient le dialogue entre l'ange Gabriel et la Vierge. « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi » - dit le messager de Dieu, et il révèle de cette manière l'identité plus profonde de Marie, le « nom », pour ainsi dire, par lequel Dieu la connaît : « pleine de grâce ». Cette expression, qui nous est si familière depuis l'enfance parce que nous la prononçons chaque fois que nous récitons l'Ave Maria, nous offre l'explication du mystère que nous célébrons aujourd'hui. Marie, en effet, dès le moment où elle fut conçue par ses parents, a été l'objet d'une prédilection singulière de la part de Dieu qui, dans son dessein éternel, l'a « pré choisie » pour être la mère de son Fils fait homme et, par conséquent, l'a préservée du péché originel. C'est pourquoi l'ange s'adresse à elle par ce nom qui signifie littéralement « comblée de l'amour de Dieu depuis toujours », de sa grâce.

Le mystère de l'Immaculée Conception est source de lumière intérieure, d'espérance et de réconfort. Au milieu des épreuves de la vie et particulièrement des contradictions que l'homme expérimente en son sein et autour de lui, Marie, la Mère du Christ, nous dit que la Grâce est plus grande que le péché, que la miséricorde de Dieu est plus forte que le mal et sait le transformer en bien. Malheureusement, nous faisons chaque jour l'expérience du mal qui se manifeste de nombreuses manières dans les relations et dans les événements, mais qui a sa racine dans le cœur de l'homme, un cœur blessé, malade et incapable de guérir tout seul. L'Ecriture Sainte nous révèle qu'il y a, à l'origine de tout mal, la désobéissance à la volonté de Dieu et que la mort a pris le dessus parce que la liberté humaine a cédé à la tentation du Malin. Mais Dieu ne manque pas à son dessein d'amour et de vie : à travers un long et patient chemin de réconciliation, il a préparé l'alliance nouvelle et éternelle, marquée dans le sang de son Fils qui, pour s'offrir lui-même en expiation, est « né d'une femme » (Gal 4,4). Cette femme, la Vierge Marie, a bénéficié par avance de la mort rédemptrice de son Fils et, dès la conception, a été préservée de la contagion de la faute. C'est pourquoi, elle nous dit par son cœur immaculé : confiez-vous à Jésus, Il vous sauvera.

Chers amis, je renouvellerai cet après-midi l'hommage traditionnel à la Vierge Immaculée devant le monument qui lui est consacré place d'Espagne. Par cet acte de dévotion, je me fais l'interprète de l'amour des fidèles de Rome et du monde entier pour la Mère que le Christ nous a donnée. Je confie à son intercession les besoins les plus urgents de l'Eglise et du monde. Qu'Elle nous aide surtout à avoir foi en Dieu, à croire en sa Parole, à toujours rejeter le mal et à choisir le bien.

APRES L'ANGELUS

Après la prière de l'Angélus, Benoît XVI s'est adressé aux pèlerins en différentes langues. Voici ce qu'il a dit en italien :

En cette fête d'aujourd'hui, j'ai la joie de saluer l'Académie pontificale de l'Immaculée. Chers amis, j'invoque sur chacun de vous la protection maternelle de la Vierge Marie et je confie votre activité à son intercession. Je vous remercie pour votre travail généreux.

J'adresse aussi une pensée spécifique à l'Action Catholique italienne qui renouvelle aujourd'hui, dans beaucoup de paroisses, son engagement dans l'Eglise. En rappelant la grande fête vécue ensemble avec les jeunes, ici place Saint-Pierre, fin octobre, j'exprime à tous les membres mon affection et ma proximité. Je les encourage à marcher sur le chemin de la sainteté, apportant la lumière de l'Evangile dans les lieux de la vie quotidienne.

Puis le pape a affirmé en français :

La prière de l'Angelus me donne la joie de saluer les pèlerins francophones ! La Solennité de l'Immaculée Conception nous rappelle la coopération de Marie au Mystère de la Rédemption. Préfiguration de l'Église et prototype de l'humanité rachetée, Marie nous apprend à cultiver en nous la joie de ceux qui sont aimés, pardonnés et sauvés par Dieu. Puisse-t-elle nous aider à faire de nos cœurs et de nos corps des demeures dignes de son Fils ! Bonne fête à tous !

© Copyright du texte original plurilingue : Libreria Editrice Vaticana

Traduction : Zenit