Angélus : l’Eucharistie et l’annonce missionnaire

Texte intégral de l’allocution de Benoît XVI

| 660 clics

ROME, Dimanche 9 octobre 2005 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous le texte du discours que le pape a prononcé à l’occasion de la prière de l’Angélus, ce dimanche à Saint Pierre, à l’issue de la messe présidée par le cardinal José Saraiva Martins au cours de laquelle a eu lieu la béatification du cardinal allemand Clemens August von Galen.



AVANT L’ANGELUS

Chers frères et soeurs,

Ce matin, dans la Basilique Saint Pierre a eu lieu la béatification de Clemens August von Galen, évêque de Münster, cardinal, intrépide opposant au régime nazi. Ordonné prêtre en 1904, il accomplit son ministère dans une paroisse de Berlin pendant de longues années et en 1933 il devint évêque de Münster. Au nom de Dieu, il dénonça l’idéologie néo-païenne du national-socialisme, défendit la liberté de l’Eglise et les droits humains gravement violés, protégeant les juifs et les personnes plus faibles, que le régime considérait comme des rebuts à éliminer. Les trois fameuses prédications que cet intrépide pasteur prononça en 1941 sont bien connues. Le pape Pie XII le créa cardinal en février 1946 et, à peine un mois plus tard, il mourut, entouré de la vénération des fidèles, qui reconnurent en lui un modèle de courage chrétien. C’est là précisément le message toujours actuel du bienheureux von Galen : la foi ne se réduit pas à un sentiment privé, éventuellement même à une chose que l’on doit cacher lorsqu’elle commence à déranger, mais elle implique la cohérence et le témoignage également dans le domaine public en faveur de l’homme, de la justice, de la vérité. Je félicite vivement la communauté diocésaine de Münster et l’Eglise en Allemagne, en invoquant sur tous, par l’intercession du nouveau bienheureux, d’abondantes grâces du Seigneur.

Ces jours-ci, comme vous le savez, se déroule au Vatican l’Assemblée du Synode des évêques pour approfondir le thème de l’Eucharistie dans la vie et la mission actuelles de l’Eglise. J’ai présidé les réunions de la première semaine et le Synode constituera mon principal engagement également au cours des deux prochaines semaines. Je vous demande de continuer à prier pour le Synode, afin qu’il puisse porter les fruits attendus. En particulier en ce mois d’octobre, au cours duquel toute communauté ecclésiale est appelée à renouveler son propre engagement missionnaire, je vous invite à reprendre ce que le pape Jean-Paul II a écrit dans la quatrième partie de la Lettre apostolique Mane nobiscum Domine, à propos de l’Eucharistie comme « principe et projet de mission » (nn. 24-28) : « La rencontre avec le Christ, approfondie en permanence dans l'intimité eucharistique, suscite dans l'Église et chez tout chrétien l'urgence du témoignage et de l'évangélisation » (ivi, 24). Ce que soulignent les paroles prononcées à la fin de la messe : « Ite, missa est », qui rappellent la « missio », la tâche, pour qui a participé à la célébration, de porter à tous la Bonne Nouvelle reçue et d’animer la société avec cette Bonne Nouvelle.

Nous confions cette intention à l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie et de saint Daniel Comboni dont la liturgie rappellera demain la mémoire. Que Daniel Comboni, qui fut un éminent évangélisateur et protecteur du continent africain, aide l’Eglise de notre temps à répondre avec foi et courage au mandat du Seigneur ressuscité, qui l’envoie annoncer à tous les peuples l’amour de Dieu.

APRES L’ANGELUS

En anglais :

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris la nouvelle du tremblement de terre, hier, en Asie du sud, qui a provoqué tant de dégâts et une si grande perte de vies humaines au Pakistan, en Inde et en Afghanistan. Je confie tous ceux qui sont morts à la miséricorde aimante de Dieu et j’étends ma compassion la plus profonde aux milliers de personnes blessées ou dans le deuil. Je prie afin que la communauté internationale apporte une réponse rapide et généreuse au désastre et je demande au Seigneur d’accorder courage et force à ceux qui sont impliqués dans les opérations de secours et de reconstruction.

J’accueille chaleureusement les visiteurs de langue anglaise présents ici aujourd’hui. Je demande vos prières pour le travail du Synode, et pour les évêques du monde entier qui se sont rassemblés ici pour ce grand événement dans la vie de l’Eglise. Soyez assurés de mes prières pour vous, vos familles et ceux qui vous sont chers. Que Dieu vous bénisse tous.

En espagnol :

Je salue cordialement les pèlerins de langue espagnole, principalement la délégation des Officiers de la Marine Militaire d’Equateur et les fidèles de Alzira, de Aledo et de Totana (Espagne). En ce moment je voudrais tourner ma pensée vers les chères Nations d’Amérique centrale et du Mexique, spécialement le Salvador, le Guatemala, le Honduras et le Nicaragua, qui souffrent des conséquences de pluies intenses et d’inondations, qui ont fait de nombreuses victimes, ainsi que d’importants dégâts matériels. Je demande au Seigneur d’accorder le repos éternel aux défunts et j’exprime ma proximité spirituelle et mon affection à ceux qui ont perdu leur logement et leurs instruments de travail. J’invite par ailleurs les institutions et les personnes de bonne volonté à leur apporter une aide efficace dans un esprit d’authentique solidarité fraternelle.

En français :

Je vous salue cordialement, chers pèlerins francophones, vous invitant à vous associer par la prière aux travaux des Pères du Synode et à vivre toujours plus profondément le mystère de l’Eucharistie, qui nous unit intimement au Christ, notre Sauveur et nous donne la force pour notre vie chrétienne.

En allemand :

C’est avec une grande joie que j’accueille les visiteurs de langue allemande. Je voudrais en particulier saluer les amis de l’association des concerts de Munich ainsi que les nombreux pèlerins venus à Rome pour la béatification du grand évêque de Münster, le cardinal Clemens August von Galen. La devise du nouveau bienheureux était : « Nec laudibus, nec timore ». Ce principe doit également être à la base nos actions pour la gloire de Dieu et le bien des hommes. Je vous souhaite à tous un Jour du Seigneur béni à Rome !

Le pape a ensuite salué les pèlerins hongrois, polonais et italiens.

[Texte original : plurilingue – Traduction réalisée par Zenit]