Angélus pour la fête du Christ Roi, 25 novembre 2012

« Vivre le temps présent dans lattente du retour du Seigneur »

| 1391 clics

ROME, dimanche 25 novembre 2012 (Zenit.org) –  Benoît XVI invite à « vivre le temps présent dans l’attente du retour du Seigneur ».

Le pape a en effet présidé la prière de l’angélus depuis la fenêtre de son bureau qui donne place Saint-Pierre, ce dimanche 25 novembre à midi, en la fête du Christ Roi.

Il invite aussi les baptisés à se mettre « avec décision à la suite de ce Roi qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir et pour rendre témoignage à la vérité ».

Paroles de Benoît XVI en italien avant l’angélus :

Chers frères et sœurs,

L’Eglise célèbre aujourd’hui Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l’univers. Cette solennité est située au terme de l’année liturgique et résume le mystère de Jésus « premier-né d’entre les mort et seigneur de tous les puissants de la terre » (Collecte, Année B), en élargissant notre regard à la pleine réalisation du Royaume de Dieu, lorsque Dieu sera tout en tous (cf. 1 Co 15, 28). Saint Cyrille de Jérusalem affirme: «Nous annonçons non seulement la première venue du Christ mais aussi une seconde, beaucoup plus belle que la première. La première a en effet été une manifestation de souffrance, la seconde porte le diadème de la royauté divine ; (…) dans la première, il a été soumis à l’humiliation de la croix, dans la seconde il est entouré et glorifié par une foule angélique » (Catéchèse XV, 1, Illuminandorum, De secundo Christi adventu : PG 33, 869 A).

Toute la mission de Jésus et le contenu de son message consistent dans l’annonce du Royaume de Dieu et dans sa réalisation au milieu des hommes par des signes et des prodiges. « Mais, comme le rappelle le concile Vatican II, avant tout, le Royaume se manifeste dans la personne même du Christ » (Const. dogm. Lumen gentium, 5), qui l’a instauré par sa mort sur la croix et par sa résurrection, par laquelle il s’est manifesté comme Seigneur et Messie et Prêtre éternel. Ce Royaume du Christ est confié à l’Eglise, qui en est le « germe » et le « commencement » et elle a le devoir de l’annoncer et de le répandre parmi tous les peuples, par la force de l’Esprit Saint (cf. ibid.). Au terme du temps établi, le Seigneur remettra le Royaume à Dieu le Père et il lui présentera tous ceux qui ont vécu selon le commandement de l’amour.

Chers amis, nous sommes tous appelés à prolonger l’œuvre salvifique de Dieu en nous convertissant à l’Evangile, en nous mettant avec décision à la suite de ce Roi qui n’est pas venu pour être servi mais pour servir et pour rendre témoignage à la vérité (cf. Mc 10, 45; Jn 18, 37).

Dans cette perspective, je vous invite tous à prier pour les six nouveaux cardinaux que j’ai créés hier, afin que l’Esprit Saint les fortifient dans la foi et dans la charité et les comble de ses dons, de façon à ce qu’ils vivent leur responsabilité comme une nouvelle consécration au Christ et à son Royaume.

Ces nouveaux membres du collège cardinalice représentent bien la dimension universelle de l’Eglise : il sont pasteurs d’Eglises au Liban, en Inde, au Nigeria, en Colombie, aux Philippines et l’un d’eux est depuis longtemps au service du Saint-Siège.

Invoquons la protection de la Très sainte Vierge Marie sur chacun d’eux et sur les fidèles confiés à leur service. Que la Vierge nous aide à vivre le temps présent dans l’attente du retour du Seigneur, en demandant à Dieu avec force : « Que ton Règne vienne », et en accomplissant les oeuvres de lumière qui nous rapprochent le plus du Ciel, conscients que, dans les événements tourmentés de l’histoire, Dieu continue à construire son Royaume d’amour.

Paroles de Benoît XVI en français après l’angélus :

Je salue cordialement les pèlerins francophones, particulièrement les Libanais venus nombreux accompagner leur nouveau Cardinal. Nous célébrons aujourd’hui la Solennité du Christ Roi de l’univers. Sa royauté ne réside pas dans le pouvoir, l’honneur, la richesse, mais dans la faiblesse et l’anéantissement de la croix par amour pour nous sauver. Laissons le Christ convertir nos cœurs et nos mentalités, pour reconnaître que la véritable grandeur de l’homme et sa plénitude sont uniquement dans l’être avec Dieu, et dans l’amour reçu et donné. Puisse sa bénédiction descendre sur toute l’humanité et la conduire vers la paix ! Bonne fête à tous !

© Libreria Editrice Vaticana

Traduction de Zenit, Anita Bourdin