Angélus: suivre le chemin de foi de Marie

Benoît XVI commente l'évangile du 3 février 2013

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1921 clics

« Amour et vérité sont les deux noms de la même réalité, deux noms de Dieu », explique Benoît XVI qui a commenté, avant l’angélus de midi, ce dimanche 3 février, pplace Saint-Pierre, l’évangile du jour : Jésus à Nazareth. Il invite mes catholiques à suivre le chemin de foi de Marie.

Le pape a lui-même résumé son message par un « tweet » qui insiste sur le chemin de foi de Marie et du baptisé : « En imitant la Vierge Marie, accueillons et gardons dans notre cœur la Parole de Jésus pour le reconnaître comme Seigneur dans notre vie. »

Le pape plante le décor : « L’évangile d’aujourd’hui – tiré du chapitre 4 de saint Luc – est dans le prolongement de celui de dimanche dernier. Nous nous trouvons encore dans la synagogue de Nazareth, le village où Jésus a grandi et où tous les connaissent lui et sa famille. Or, après une période d’absence, il revient de façon nouvelle : au cours de la liturgie du sabbat, il lit une prophétie d’Isaïe sur le Messie, et il en annonce l’accomplissement, laissant entendre que cette parole de réfère à Lui ».

Puis il montre le reviremnt de l’assembéle qui jette Jésus dehors et cherche à le tuer. Le pape souligne ce changement : « Au commencement, les gens l’admiraient, et il aurait peut-être pu obtenir une certaine approbation… Mais justement, voilà le point : Jésus n’est pas venu pour chercher l’approbation des hommes mais, comme il le dira à la fin à Pilate, pour « rendre témoignage à la vérité » (Jn 18, 37). »

Et d’affirmer ce qui caractérise le prophète authenique : « Le vrai prophète n’obéit à personne d’autre qu’à Dieu et il se met au service de la vérité, prêt à payer de sa personne. Il est vrai que Jésus est le prophète de l’amour, mais aussi l’amour a sa vérité. Et même, amour et vérité sont les deux noms de la même réalité, deux noms de Dieu ».

Il invite les baptisés à imiter la foi de Marie : «  Qui plus qu’elle a été familier de l’humanité de Jésus ? Mais elle n’en a jamais été scandalisée comme ses concitoyens de Nazareth. Elle conservait le mystère en son cœur et elle a su l’accueillir toujours davantage et toujours à nouveau, sur le chemin de la foi, jusqu’à la nuit de la croix et à la pleine lumière de la résurrection. Que Marie nous aide nous aussi à marcher avec fidélité et avec joie sur ce chemin ».