Appel d’un cardinal anglais contre le projet de loi sur les embryons

L’archevêque de Westminster invite les catholiques à écrire aux parlementaires

| 1757 clics

ROME, Vendredi 22 février 2008 (ZENIT.org) - Alors que le projet de loi risquant d'autoriser la création d'embryons hybrides à la fois humains et animaux est en discussion, le cardinal Cormac Murphy-O'Connor estime que le moment est venu pour les catholiques de dire aux membres du parlement que la dignité humaine doit être défendue.

Dans une déclaration parue mercredi dernier 20 février, l'archevêque de Westminster a exhorté les chrétiens à réagir au projet de loi sur la fécondation humaine et l'embryologie qui, après être passé devant la Chambre des Lords, sera débattu à la chambre des communes dans les prochaines semaines.

Le projet de loi étend la possibilité de la recherche scientifique sur les embryons humains et permet la création d'embryons mixtes, mi-homme mi-animal, à des fins de recherche. Le projet élimine également la clause sur la nécessité de l'enfant d'avoir un père lorsque ces embryons sont utilisés selon les méthodes de fécondation in vitro. Sans compter les tentatives possibles d'une libéralisation ultérieure de la loi sur l'avortement.

« Tant de fidèles de différentes religions ou même de personnes n'appartenant à aucune religion sont profondément inquiets quant aux questions morales que soulève ce projet de loi » écrit le cardinal britannique. « Il est temps de faire entendre notre voix ».

Le cardinal Murphy-O'Connor a souligné que la Conférence épiscopale avait envoyé à chaque paroisse une documentation expliquant les raisons de leurs inquiétudes concernant cette proposition.

« Il faut que le plus de personnes possibles écrivent, ou mieux encore se rendent chez les parlementaires et leur expriment leur profonde inquiétude au sujet de ce projet de loi », a-t-il ajouté.

« Durant cette période de carême, nous sommes invités à réfléchir sur notre vie et à nous consacrer, en tant que chrétiens, à servir l'Evangile sur terre », a-t-il ajouté.

« Intervenir sur cet important dossier nous aide à rappeler que notre témoignage ne relève pas du seul domaine privé, mais qu'il nous implique en tant que citoyens, appelés à servir le bien commun dans la société et à défendre la dignité humaine de tous ».