Appel du 1er octobre en faveur du peuple syrien

Une mobilisation interreligieuse

Paris, (Zenit.org) | 491 clics

"Nous n’acceptons pas l’inhumanité dont il est victime": cet appel lancé à Paris le 1er octobre en faveur du peuple syrien est signé par des évêques et associations catholiques français, des responsables protestants et musulmans.

APPEL POUR LE PEUPLE SYRIEN

La situation dramatique vécue par le peuple syrien nous choque et nous interpelle. Ce qui se passe dans ce pays est un défi à l’humain et une atteinte à nos principes religieux. Nous croyons que l’homme est façonné par le souffle de Dieu. Porter atteinte à l’être humain quel qu’il soit, et pour quelque raison que ce soit, c’est porter atteinte à Dieu.

L’affrontement dont la Syrie est le théâtre et les moyens utilisés par les forces en présence non seulement provoquent des dégâts considérables, matériels et humains, mais tuent l’âme d’un peuple, dont l’une des richesses est d’avoir vécu dans une cohabitation multiséculaire. Cette situation crée des ruptures qui pourraient devenir irréversibles. Comment dès lors espérer que la paix et l’harmonie puissent s’installer dans ce pays meurtri ?

Nous élevons la voix aujourd’hui :

parce que nous sommes convaincus que la paix est un impératif absolu et qu’il n’y a pas de paix sans justice, et parce que nous croyons que cette paix est un don que Dieu fait à tous les hommes.

Et pour dire au peuple syrien que nous sommes à ses côtés dans son malheur.

Etre à ses côtés n’est pas seulement une posture morale dont notre distance géographique limite le contenu et la portée, mais c’est aussi dire clairement que nous n’acceptons pas l’inhumanité dont il est victime.

Notre pensée et nos prières vont aussi aux peuples voisins qui accueillent aujourd’hui des centaines de milliers de réfugiés de Syrie.

Nous en appelons également à tous les responsables politiques, leur demandant de dépasser, dans leurs efforts diplomatiques, la seule recherche de compromis, de ne pas se contenter d’arbitrages appuyés sur l’équilibre des moyens de destruction de l’adversaire mais de mettre en œuvre prioritairement un cessez-le-feu immédiat et de garantir l’accès humanitaire aux populations. Dans le même temps, nous demandons à toutes les parties de ce conflit et à leurs alliés d’intensifier les négociations en vue d’une solution politique.

Enfin nous nous tournons vers Celui qui est la source de toute paix et nous l’implorons afin qu’il change le cœur de ceux qui aujourd’hui infligent tant de souffrances au peuple syrien et qu’il permette à tous les habitants de la région de retrouver « un avenir et une espérance ».

Paris le 1er octobre 2013

Mgr Marc STENGER, évêque de Troyes, président de Pax Christi France

Mgr Yves BOIVINEAU, évêque d'Annecy, président de Justice et Paix France

Mgr Pascal GOLLNISCH, directeur général de l’Œuvre d’Orient

Pasteur Jean-Arnold de CLERMONT, président du Défap-service protestant de mission

Père Jean-Pierre LONGEAT, président de la Conférence des Religieux et Religieuses de France

Guy AURENCHE, président de CCFD-Terre Solidaire

Thierry de BEAUMONT – BEYNAC, président de l’Ordre de Malte France,

Olivier DUVAL, président du BICE (Bureau International Catholique de l’Enfance).

Albert HUBER, président de l’Action Chrétienne en Orient - France

Rachid LAHLOU, président fondateur du Secours Islamique France

Tareq OUBROU, recteur de la grande mosquée de Bordeaux

Mohammed MOUSSAOUI, président d'honneur du Conseil français du Culte musulman

Jean Claude PETIT, président du réseau Chrétiens de la Méditerranée

François SOULAGE, président du Secours Catholique - Caritas France