Appel du Vatican au respect des détenus dans les prisons

Pèlerinage de la paix à Lorette

| 1621 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 8 juin 2004 (ZENIT.org) – "La fin ne justifie pas les moyens", rappelle le président du Conseil pontifical Justice et Paix, le cardinal Renato Martino, à propos des cas de tortures dans les prisons irakiennes.



La 26e marche pour la paix de Macerata à Lorette s’est conclue le dimanche 6 juin: elle a rassemblé 50 000 marcheurs dans la prière pour la paix du monde avec la présence significative de témoignages d’Irak, comme celui d’Andrea Angeli, porte-parole de la coalition.

Le cardinal Renato Martino a visité à cette occasion la prison de Fossombrone, dans la province de Pesaro-Urbino: il y a lancé un appel pour un plus grand respect des détenus, en faisant allusion aux tortures subies par les Irakiens dans la prison d’Abou Ghraib.

Le président de Justice et Paix déclare à ce sujet au micro de Radio Vatican: "Nous devons réaffirmer avec force que la fin ne justifie pas les moyens. Le respect d’une personne détenue et de ses droits est un principe fondamental qui caractérise le degré de civilisation de tout système pénal".

"La condition des détenus n’enlève rien, explique le cardinal Martino, à sa dignité de personne humaine. C’est là un principe bien connu qui doit cependant être toujours rappelé et souligné. Parce que maintenant on voit plus clairement le risque qu’il soit oublié, et contredit à l’intérieur des murs d’un lieu de détention. On voit comment les contraintes et les limitations qui caractérisent la vie des détenus peuvent s’étendre jusqu’à entamer leur dignité".

A propos des tortures dans la prison d’Abou Ghraib, le cardinal Martino fait remarquer: "Le fait qu’on ait pu en arriver à ce degré montre qu'un concept inacceptable de la sécurité inspire encore les attitudes et les comportements du personnel chargé des interrogatoires et de la surveillance des détenus".

Il précise: "C’est une dérive à laquelle il faut s’opposer avec décision. Mais, hélas, elle reste encore possible même dans le cadre des dispositions juridiques à l’intérieur desquelles les droits de l’homme sont proclamés et protégés".

Une délégation du Bureau international de la Fédération de l’Action des chrétiens contre la torture se rendra au Vatican les 15 et 16 juin au Vatican à l’occasion de son 30e anniversaire a publié un communiqué à ce sujet (cf. ci-dessous in "Documents").