Argentine : une détenue confectionne des hosties pour le pape

"D'une prison, on peut rejoindre le Vatican"

Rome, (Zenit.org) | 918 clics

Le pape François célèbre la messe du matin, à Sainte-Marthe, avec des hosties confectionnées par une détenue Argentine, rapporte le quotidien argentin La Gaceta.

Gabriela Caballero est détenue depuis trois ans dans la prison de San-Martin, en Argentine, et anime un atelier qui fabrique des hosties pour les paroisses à faible revenu.

Lors d'une récente visite à la Maison Sainte-Marthe, Mgr Oscar Vicente Ojea, évêque de San Isidro, a parlé au pape de l'atelier et lui a remis un paquet d’hosties, une lettre et des photographies de Gabriela Caballero.

Selon l’évêque, le pape « a été très impressionné… il a pris le paquet sans l'ouvrir et l'a emmené personnellement à son appartement ».

Quelques jours plus tard, il a célébré la messe avec ces hosties, après avoir écrit de sa main une lettre de remerciement à Gabriela, que La Gaceta transcrit : « Chère Gabriela, Mgr Ojea m'a apporté votre lettre, je vous remercie de votre confiance ... et des hosties. A partir de demain, je célébrerai la messe avec elles et je vous assure que je suis très ému. Votre lettre m'a fait réfléchir, et m'amène à prier pour vous ... et je suis heureux que vous priiez pour moi… Merci encore de m’avoir écrit et de m'avoir envoyé les photos... je les mets en face de moi, sur le bureau. Que Jésus vous bénisse et que la Sainte Vierge vous garde. Cordialement, François ».

Mgr Ojea visite régulièrement la prison de San-Martin. Quand Gabriela a appris se rendait à Rome, elle lui a remis des hosties pour le pape : « Je n'aurais jamais imaginé qu’il me répondrait, je ne me faisais pas d’illusions. Mes compagnons me disaient : le pape va répondre. Ce pape veut atteindre tout le monde, où qu’ils soient, il veut être proche des gens, du peuple, et nous sommes le peuple », a réagi la femme, selon la même source.

« J’ai été très heureuse, ajoute Gabriela, de savoir que d'une prison, on peut rejoindre le Vatican… »

L'atelier utilise des machines et des outils prêtés par des religieux : « Nos hosties, grandes ou petites, sont faites de façon artisanale, et nous faisons une coupe précise. Je suis aidée par Graciela Cabrera, qui vient d'une autre prison », explique également Gabriela Caballero.

Traduction d'Anne Kurian