Arménie : M. Minasyan nouvel ambassadeur près le Saint-Siège

Audience du pape François

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 853 clics

L'Arménie a un nouvel ambassadeur près le Saint-Siège, un jeune ambassadeur de 35 ans (il est né en octobre 1977), M. Mikayel Minasyan.

Le pape François a en effet reçu, ce vendredi matin, 7 juin, au Vatican, le nouvel ambassadeur qui lui a présenté ses lettres de créance.

M. Mikayel Minasyan est marié et il a deux enfants. Il a obtenu une maîtrise en Relations internationales et la diplomatie à l'Université de Trieste/Gorizia (Italie), en l'An 2000. Il a obtenu un doctorat en Sciences historiques en Arménie (Institute of History at National Accademy of Sciences), en  2004.

Il a été chef de projet pour les jeunes diplomates arméniens, à à l'Université de Trieste/Gorizia (1999-2000); membre du staff du vice-directeur de la Délégation EU/Sud-Caucase (Parlement Européen, Bruxelles/Strasbourg, 1999-2002); fondateur et directeur du Mouvement européen international en Arménie (2000-2003); consul général honoraire de la République de Saint-Marin en Arménie (depuis 2005); Senior Adviser du staff du Premier ministre d'Arménie (2007-2008); premier vice-directeur du  staff de l’Administration de la présidence de la République d'Arménie (2008-2012).

Outre sa langue maternelle, il parle français, russe, italien et anglais.

En recevant le patriarche de Cilicie des Arméniens, Nersès Bédros XIX Tarmouni, au Vatican, le 3 juin 2013, le pape a qualifié le génocide arménien comme le "premier génocide du XXe s.", ce qui a provoqué une protestation d'Ankara. 

Le patriarche était accompagné par une délégation d'Arméniens, dont la fille d’une famille ayant survécu au génocide, le "Medz Yeghern", « le grand mal », perpétré en 1915 par la Turquie de l'époque.

Le pape a écouté la femme, et en lui tenant les mains, a déclaré : « Le premier génocide du XXe siècle a été celui des Arméniens ». Des paroles très fermes, alors que le génocide du peuple arménien n'est pas reconnu par toutes les Nations, et pas encore par la Turquie d'aujourd'hui.

Le Parlement français l'a reconnu quant à lui le 29 janvier 2001 en adoptant une loi à article unique : "La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915."

En tout, ce génocide a été reconnu officiellement par 21 Etats, ainsi que par des organisations internationales comme la Commission ONU pour les crimes de guerre, le Parlement européen et le Conseil œcuménique des Eglises.