Asie/FABC: Projet de formation à la foi chrétienne sur Internet

A partir de Bangkok

| 556 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 5 juin 2002 (ZENIT.org) - La Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC) prépare un outil de formation à la foi chrétienne sur Internet, avec siège à Bangkok, grâce aux Assomptionistes et au Marianistes, indique la revue des Missions étrangères de Paris, "Eglises d´Asie", dans son édition du 1er juin (EDA, cf. http://eglasie.mepasie.org/).



Destiné à l’ensemble de l’Asie, un projet pilote de formation chrétienne par le truchement du réseau Internet a été étudié au cours d’une récente réunion de la Commission des communications sociales de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC-OSC). Le P. Franz-Joseph Eilers, secrétaire général de cette Commission, a déclaré avoir bon espoir de voir dès l’an prochain des cours de formation à la foi chrétienne accessibles sur Internet. Ce prêtre, membre de la Congrégation du Verbe divin, réside à Manille. Il était d’un des participants de cette rencontre des 20 et 21 mai derniers à l’université de l’Assomption, à Bangkok, en Thaïlande, destinée à préparer le lancement sur le réseau Internet et pour l’Asie, d’un programme de formation à la foi.

Selon Sœur Angela Ann Zukovski, initiatrice d’une “ Communauté virtuelle d’apprentissage et de formation à la foi ” aux Etats-Unis, dont le projet de la FABC s’inspire, “ il s’agit d’une initiative novatrice pour offrir aux adultes par le truchement d’Internet une éducation religieuse et une formation à la foi, accessibles 24 heures sur 24 et de partout ”. Au cours d’une de ses interventions, Sr Zukowski, directrice de l’Institut de recherche pastorale de l’université de Dayton, a précisé : “ Le point important de notre programme est l’apprentissage de la foi en communauté ”, et cette religieuse missionnaire, membre de la Congrégation des Auxiliatrices du Sacré Cœur, ancienne présidente d’Unda, l’association catholique internationale pour la radio et la télévision, d’expliquer : “ Dans cette communauté virtuelle de formation à la foi, nous utilisons le concept de ‘communauté d’apprentis du cyberespace’ ”.

Le projet, basé à Bangkok, sera le fruit d’une collaboration entre la FABC-OSC, les universités de l’Assomption et de St Jean de Bangkok et l’université des marianistes de Dayton, dans l’Ohio, aux Etats-Unis. A ce sujet, le P. Eilers a déclaré : “ Nous espérons pouvoir assurer dès l’an prochain quelques cours en ligne pour l’Asie, grâce à des institutions comme l’université de l’Assomption et l’université St Jean dotées d’une bonne technologie… Nous espérons également que ces cours pourront être donnés en différentes langues locales ”.

Le programme de la Communauté virtuelle d’apprentissage et de formation à la foi a débuté à Dayton, en septembre 1997, en tant que projet pilote, d’abord dans le cadre du diocèse de Cincinnati puis élargi en 2000. Le programme utilise Internet comme outil pour une formation interactive à la foi chrétienne et est destiné principalement aux catéchistes. L’histoire de l’Eglise, Jésus, les sacrements, les Ecriture saintes, la justice sociale et l’utilisation concrète des médias complètent les cours de base de la foi catholique. Plus d’une dizaine de nouvelles matières, dont la mariologie, l’initiation à la paroisse et aux structures ecclésiales sont en cours de développement au sein de l’université américaine.

Le président de la FABC-OSC, Mgr George Yod Phimphisan, évêque d’Udon Thani, qui présidait cette rencontre de deux jours à Bangkok, a suggéré pour sa part qu’il serait intéressant de voir si le programme en ligne de l’uni-versité de Dayton pouvait être adapté au contexte asiatique : “ Malgré les barrières de la culture et des langues, ces cours, conçus pour le service de l’Evangile et la formation à la foi, devraient pouvoir être diffusés aux catéchistes, aux adultes et aux pasteurs de l’Eglise en Asie ”. Pour le P. Eilers, deux secteurs sont particulièrement importants pour l’Asie, à savoir, l’évangélisation et le service des jeunes. “ Nous essaierons, encore a-t-il ajouté, de voir si cette nouvelle avancée de l’Internet ne pourrait pas également atteindre la Chine continentale ”.
(c) Eglises d´Asie