Asie : le dialogue comme "mode de vie" des chrétiens

Message final de l'Assemblée des évêques

Rome, (Zenit.org) | 1359 clics

Le dialogue doit devenir le "mode de vie" des chrétiens en Asie : c'est l'appel du message final de la 10e assemblée de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC), qui a eu lieu du 10 au 16 décembre 2012 au Vietnam (cf. Zenit du 18 décembre 2012).

Le dialogue, "mode de vie"

Le document, rapporté par Radio Vatican, indique des pistes d'action pour "relancer la nouvelle évangélisation avec une passion renouvelée" sur le continent. Il invite les chrétiens à "s'engager à être témoins et promoteurs de la communion avec Dieu, avec l'autre et avec la création".

Pour ce faire, les évêques préconisent le dialogue, qui doit devenir le "mode de vie" des baptisés. Ils le définissent comme la "capacité de percevoir la présence cachée de Dieu dans les pauvres, dans la richesse des cultures, dans la variété des religions, dans la profondeur de chaque cœur humain".

En effet, ajoutent-ils, la "spiritualité de la nouvelle évangélisation" en Asie, consiste à "chercher les richesses de l'Esprit-Saint dans les traditions asiatiques où sont présentes les graines de cette nouvelle humanité qui a soif de la plénitude de la vie en Jésus".

En ce sens, l'Esprit Saint "agit dans le monde, au plus profond de notre être, dans les signes des temps et dans tout ce qui est authentiquement humain".

Pour la dignité de l'homme

L'approche de dialogue, estiment les évêques, doit être "enracinée dans une vie contemplative et de prière". Ce qui commence par "la rencontre personnelle avec Jésus Christ, sans lequel personne ne pourra toucher le cœur de l'Asie".

Le nouvel évangélisateur en Asie ne doit pas perdre de vue la dimension prophétique de sa mission, insiste le document : "Etre prophétique signifie être conscient avec la conduite de l'Esprit Saint, des contradictions du monde asiatique et dénoncer ce qui dégrade la dignité des fils de Dieu".

Le chrétien est donc appelé à protéger "la dignité humaine de tous, surtout des femmes et des enfants et de ceux qui sont réduits à ne pas vivre comme des personnes". Les évêques exhortent à la "solidarité envers les victimes de la mondialisation, de l’injustice, des catastrophes naturelles et nucléaires, du terrorisme et du fondamentalisme".

La réalité du Règne de Dieu n'est pas "séparée du monde", poursuivent les évêques, qui appellent pourtant à "ne pas se laisser gagner par la léthargie et le pessimisme" à cause des grands défis qui "menacent le tissu social de notre société, la stabilité de la famille et la vision de foi de la communauté chrétienne".

Le message s'arrête également sur la "défense de l'environnement" : l’assemblée condamne l'utilisation "égoïste et aveugle" de la création pour le "seul profit".

Enfin, les évêques encouragent le nouvel évangélisateur à "la fermeté de la foi jusqu'au sacrifice extrême à l'exemple des martyrs chrétiens" : “nous avons pour nous la richesse extraordinaire de notre foi, Jésus-Christ, don unique de Dieu à l'humanité”, concluent-ils.