Assise 2011 : La non-violence, condition de la paix

Intervention du représentant de l'hindouisme

| 1828 clics

ROME, vendredi 28 octobre 2011 (ZENIT.org) – « La paix ne peut jamais être atteinte par des moyens violents » , a affirmé avec force, hier, à Assise, le représentant de l’hindouisme, Acharya Shri Shrivatsa Goswami.


Le chef spirituel du temple Sri Radharamana dans la ville de Vrindavan en Inde, est intervenu en fin de matinée, dans la basilique Sainte-Marie-des-Anges, dans le cadre de la journée du 27 octobre 2011 pour la justice et la paix dans le monde.

Il  a axé son propos sur la cohérence d’une démarche pour la paix : « La paix ne peut advenir que dans un processus de paix. La paix ne peut jamais être atteinte par des moyens violents ».

« Notre but commun de paix » a-t-il ajouté, « ne peut être atteint que par notre engagement pour la vérité. Cet engagement, même s’il est nié où s’il rencontre des obstacles, trouve son chemin à travers la résistante non-violente. L’histoire est témoin de la force de cette résistance. »

Faisant appel à la sagesse des « pèlerins de la paix » de différentes religions – notamment l’hindou Mahatma Gandhi, le protestant Martin Luther King, l’anglican Desmond Mpilo Tutu – le dignitaire hindou a déclaré : « Il n’y a pas de chemin vers la paix. La paix elle-même est le chemin ». 
Le spécialiste du mouvement de dévotion Bhakti a également souhaité faire un bilan, 25 ans après le premier pèlerinage pour la paix promu par Jean-Paul II : « Il est temps de réfléchir sur les progrès accomplis depuis. Pourquoi ne sommes-nous pas plus proches de ce que nous voulions être ? Est-ce que nous ne passons pas à côté de la partie intérieure du pèlerinage ? »

L’intervenant hindou a par la suite détaillé les dispositions intérieures requises pour ce pèlerinage : « Le dialogue sera un exercice vain si nous ne l’entreprenons pas avec humilité, patience, et le désir de respecter « l’autre » - et cela sans exiger de retour. Nous serons alors capables de dire « non » à l’injustice. Tout cela demande beaucoup de courage, et le courage viendra seulement de la prière. »

Acharya Shri Shrivatsa Goswami a conclu son intervention par le mot « Paix » scandé par trois fois, avec l’expression hindoue : « Om Shantih, Shantih, Shantih. »

Anne Kurian