Assise: Le dialogue interreligieux n´est pas un luxe, par le card. Dulles

Entre le 11 septembre et Assise, analyse

| 129 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 1er février 2002 (ZENIT.org) - Le dialogue interreligieux n´est pas un luxe, affirme en substance le cardinal Avery Dulles, sj, théologien, âgé de 83 ans, dans une longue réflexion la situation internationale au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.



Dans son édition de février 2002, la revue des Dehoniens de Bologne "Il Regno" publie une réflexion du cardinal Avery Dulles (Etats-Unis), intitulée "Le Christ au milieu des religions" ("Cristo fra le religioni", pp. 6-10). Le texte a pour surtitre: "Des attentats de New-York à la prière pour la paix à Assise". Il s´agit d´une conférence donnée en novembre 2001 à la Fordham University de New York et publiée dans le prochain numéro de la revue des Jésuites, "America". Nous empruntons l´analyse suivante en français à l´agence Vidimus Dominum.

Tolérance et dialogue: lorsqu´il s´agit du rapport entre les religions, ce sont les deux mots clés à partir du deuxième Concile du Vatican, et ils sont renforcés par la situation mondiale qui s´est vérifiée après le 11 septembre, affirme en substance le cardinal Dulles.

Le théologien souligne tout d´abord que vis-à-vis de l´Islam, les États-Unis sont un "pays hospitalier", alors que ce sont les extrémistes qui voient une "menace", non pas dans le christianisme, mais plutôt dans la "culture hédoniste" de l´Occident.

Toutefois, l´époque qui a vu le jour au cours du siècle dernier est l´époque de la tolérance, qui met fin aux époques historiques durant lesquelles les rapports entre les religions ont été caractérisés par trois conceptions différentes. On est ainsi passé de la "coercition" à la "convergence", considérant les religions comme des constructions humaines, puis au "pluralisme" qui voit comme une "bénédiction" la "multiplicité des religions".

L´époque actuelle, du moins depuis le deuxième Concile du Vatican, est, selon le cardinal Dulles, caractérisée par la "tolérance". "Les chrétiens sont tolérants envers les autres religions, non pas malgré leur certitude absolue de la révélation, mais en partie à cause d´elle. La révélation leur assure que Dieu a créé les êtres humains à son image, comme sujets libres et responsables".

La tolérance porte à la connaissance. "Dans une société multireligieuse, les personnes devraient être éduquées non seulement dans leur propre religion, mais aussi, dans une certaine mesure, dans la religion des personnes avec lesquelles elles devront interagir. Tout le monde devrait prendre garde aux caricatures basées sur les préjugés et sur l´ignorance".

D´après ces principes, le dialogue est la seule voie à parcourir dans les rapports entre les religions. "Il ne s´agit pas d´un luxe", mais "il peut se révéler nécessaire en vue de prévenir des collisions désastreuses entre les principaux groupes religieux. Dans la crise actuelle - conclut le cardinal Dulles - les religions ont une grande occasion de se placer au-dessus de l´hostilité et de la violence entre les peuples et de promouvoir l´estime réciproque et une coopération cordiale.