Assise, pour la "formation d´une opinion publique moralement correcte"

Par le card. François-Xavier N´Guyen Van Thuan

| 1231 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 16 janvier 2002 (ZENIT.org) - La réunion des religions pour la paix à Assise, "condamnation publique du terrorisme", contribuera à "éliminer les causes sociales et culturelles du terrorisme", à favoriser la réconciliation réciproque et ainsi à la "formation d´une opinion publique moralement correcte".



Le cardinal Van Thuan a présenté en ces termes, au micro de Radio Vatican, la prochaine rencontre des religions pour la paix à Assise (jeudi 24 janvier). Au niveau de la curie romaine, trois dicastères sont en effet directement engagés dans la préparation de la rencontre d´Assise: le conseil pontifical Justice et Paix, présidé par le cardinal vietnamien François-Xavier N´Guyen Van Thuan, le conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, présidé par le cardinal nigérian Francis Arinze et le conseil pontifical pour la Promotion de l´unité des chrétiens, présidé par le cardinal Walter Kasper.

Eliminer les causes sociales et culturelles du terrorisme
"Cette rencontre d´Assise, indique le cardinal Van Thuan, est très importante parce qu´elle aide à la compréhension et à la collaboration interreligieuse. C´est une chose importante parce que les chefs religieux ont une responsabilité très spéciale et très spécifique: leur présence peut contribuer à éliminer les causes sociales et culturelles du terrorisme.

Conscience de l´unité du genre humain
"Pourquoi? Parce qu´elles favorisent une plus grande conscience de l´unité du genre humain. On ne peut abolir le terrorisme que si nous sommes tous vraiment frères.

Le dialogue et la collaboration
"Qu´est-ce qui peut aider à cela? Le dialogue et la collaboration oecuménique et interreligieuse.

Condamnation publique du terrorisme
"Et puis, une rencontre à ce niveau, avec la présence de responsables religieux juifs, chrétiens et musulmans est une initiative de condamnation publique du terrorisme

Formation d´une opinion publique moralement correcte
"En troisième lieu, cette rencontre est un témoignage commun pour la formation d´une opinion publique moralement correcte: il ne doit pas y avoir de "perversion", c´est-à-dire d´abus de la religion pour faire la guerre.

Le pardon réciproque est nécessaire
"En quatrième lieu, un tel engagement de la part des religions ne peut pas ne pas conduire au chemin du pardon. Le pardon veut dire pardonner et aussi demander pardon. C´est un chemin de compréhension réciproque. Si le pardon est unilatéral, il est précaire, il est fragile. Le pardon réciproque est nécessaire. C´est cela la réconciliation. Le monde ne peut avoir une paix durable que s´il y a une réconciliation sincère".