Au Ghana, que les ressources naturelles profitent à tous, souhaite le pape

Benoît XVI reçoit le nouvel ambassadeur du Ghana près le Saint-Siège

| 1132 clics

ROME, Vendredi 10 juin 2011 (ZENIT.org) –En recevant en audience, le 9 juin, le nouvel ambassadeur du Ghana près le Saint-Siège, Mme Geneviève Delali Tsegah, Benoît XVI a souhaité que l’exploitation des ressources naturelles du pays profite aussi aux plus pauvres.

« Votre pays a été béni par des ressources naturelles qui donnent actuellement prospérité à la population », a salué le pape. « Il est souhaitable qu’à travers la solidarité sociale, le produit de l’exploitation correcte de ces ressources contribue au développement économique durable de votre peuple ».

Le pape a souhaité que cela profite aussi « à ceux qui sont les plus pauvres et ne sont pas en mesure de pourvoir » aux besoins de leur famille. Que votre pays soit un « exemple », a ajouté le pape, en invitant à la mise en place « d’instruments efficaces de solidarité pour l’enrichissement authentique de tous les membres de la société ».

Dans son discours, le pape a salué le récent « progrès économique et social » dans le pays. « Bien sûr, le développement d’élections démocratiques régulières et pacifiques rend honneur au peuple et aux responsables politiques de votre pays. La réalisation d’une harmonie ethnique, sans compter la contribution des communautés chrétiennes locales, y compris de l’Eglise catholique, a été un facteur important pour créer des conditions de paix, de stabilité et de plus ample progrès social pour tous les citoyens ».

Le pape a enfin constaté « le climat de liberté religieuse qui existe au Ghana ». « Il y a beaucoup à gagner de cette liberté pour une croissance positive de toutes les institutions du pays ».

Bien sûr, a-t-il ajouté, « les pays qui le font peuvent tirer bénéfices de ces institutions, puisant dans la sagesse qui se trouve dans les traditions religieuses, spécialement quand les citoyens doivent se confronter à des questions auxquelles la science et la technologie offrent peu de réponses ou n’en offrent pas du tout ».

Agée de 60 ans, le nouvel ambassadeur du Ghana près le Saint-Siège a notamment été vice-représentante à la Mission permanente du Ghana auprès de l’ONU à New York (2008-2009). Depuis 2009, elle est ambassadeur en France et représentante permanente du Ghana à l’Unesco à Paris où elle réside.

Marine Soreau