Australie : l’Eglise finance la recherche sur les cellules souches adultes

| 2269 clics

ROME, Lundi 13 Juillet 2009 (ZENIT.org) - L'archidiocèse de Sydney a mis à disposition un fond de 100.000 dollars australiens (environ 70.000 euros) pour soutenir les recherches sur le potentiel thérapeutique des cellules souches adultes, peut-on lire dans L'Osservatore Romano, le 11 juillet.

Ce financement est strictement lié au respect de paramètres précis, établis dans le Code of Ethical Standards for Catholic Health and Aged Care Services en Australie.

Dans le document, on souligne que « la recherche qui implique des êtres humains doit toujours respecter la dignité des personnes et servir le bien commun ». Elle « ne doit jamais constituer un danger irraisonné à la vie et à la santé d'une personne ».

Le cardinal George Pell, archevêque de Sydney, a également rappelé que les cellules souches adultes sont déjà utilisées dans le traitement de maladies cardiaques et hépatiques. « L'Eglise catholique encourage la recherche médicale et soutient pleinement la recherche avec des cellules souches et d'autres formes de biotechnologies, pourvu que la dignité de tout être humain soit respectée ».

Le cardinal a affirmé que les progrès obtenus dans la recherche sur les cellules souches adultes sont « enthousiasmantes et importantes ».

« Les résultats obtenus jusqu'à aujourd'hui dans ce domaine surpassent de beaucoup tout ce qui a été obtenu dans le domaine de la recherche sur les cellules embryonnaires », a-t-il souligné. « L'Eglise catholique a toujours soutenu le travail de la science, fondé sur de bonnes bases éthiques, et notre archidiocèse est heureux de pouvoir contribuer à des recherches qui obtiennent des progrès dans ce domaine d'importance vitale ».

En 2002, le Parlement australien avait approuvé des lois qui permettent l'utilisation d'embryons surnuméraires pour le déroulement de recherche sur les cellules souches.

« Pour l'Eglise, l'utilisation d'embryons surnuméraires pour des recherches scientifiques constitue un acte visant à la destruction de la vie », commente L'Osservatore Romano.

Les évêques australiens ont rappelé plusieurs fois que « l'embryon a une dignité humaine intrinsèque et que les droits humains fondamentaux devraient lui être assurés : le droit de vivre, de grandir et de prospérer ».

« Nous ne discutons pas l'expérimentation sur les embryons seulement parce que nous sommes catholiques mais parce que nous soutenons les valeurs humaines fondamentales », affirment les évêques. « Nous ne pouvons pas penser soulager les souffrances de certaines personnes en créant puis en détruisant des vies humaines ».