Avec le pape François, chaque heure qui passe est une surprise

Un sain "bouleversement" au Vatican

Rome, (Zenit.org) Antonio Gaspari | 2843 clics

La Salle de presse paraît vide. La plupart des troupes télévisées et des journalistes provenant de tous les coins du monde ont quitté Rome.

Après plus d’un mois de coups de théâtre, depuis la renonciation du pape Benoît XVI jusqu’à l’élection du nouveau pape, l’envie de revenir à la normalité se fait sentir.

Mais le pape François est très dynamique et il a montré, dès le début, que son pontificat sera marqué par une succession de changements qui nous feront aller, jour après jour, de surprises en surprises.

Jeudi dernier, le pape a demandé qu’on réduise l’espace de ses appartements privés, trop grands pour ses besoins. « Cet endroit est pour 300 personnes », aurait-il dit.

Il a décidé que son pontificat serait placé sous le signe de « la sobriété » et du « service », qu’il serait le « serviteur des serviteurs » et c’est dans cet esprit qu’il a reçu les représentants des Églises sœurs : assis sur un simple siège et non sur le trône habituel qu’il a fait enlever.

Au lieu des chaussures rouges papales, il porte aux pieds des chaussures noires qui, selon des sources, lui auraient été offertes par une veuve, en souvenir de son défunt mari.

Pour la cérémonie du Jeudi saint, marquée par le rite du lavement des pieds, le pape François a décidé d’aller dans un centre de détention pour mineurs, la prison de Casal di Marmo, à la périphérie de Rome. Ce sont donc les pieds de jeunes détenus que le successeur de Pierre lavera lors du rite.

Rendre visite aux prisonniers et procéder au lavement des pieds de détenus, le Jeudi saint, est une pratique que le cardinal Bergoglio exerçait déjà à Buenos Aires, chaque année.

Le monde entier s’interroge sur qui est vraiment le pape François. Son témoignage humain et spirituel est impressionnant, celui d’un authentique apôtre du Christ.

Dans ce contexte il est intéressant de découvrir quels sont ses films, ses livres et ses œuvres d’art préférés. On connaît déjà sa passion pour le foot et pour le tango, mais on apprend aussi que l’un de ses films favoris est Le Festin de Babette, qui a remporté l’Oscar du meilleur film étranger en 1987.

Mis en scène et dirigé par Gabriel Axel, le film est tiré du récit de Karen Blixen, et a obtenu la mention spéciale du jury œcuménique au 40e festival de Cannes.

Concernant ses goûts littéraires, il semble que le pape François aime beaucoup La Divine Comédie, et que Dante Alighieri est son poète préféré. À tel point qu’il donnait des leçons sur La Divine Comédie durant ses cours, lorsqu’il était professeur de littérature. Le pape aime aussi beaucoup les Promessi Sposi d’Alessandro Manzoni. Sa grande connaissance de l’histoire et de la littérature italiennes sont dues à ses origines piémontaises.

Un des poètes favori du pape est le poète allemand Johann Christian Friedrich Hölderlin, considéré comme l’un des plus grands de la littérature mondiale. À plusieurs occasions, Jorge Mario Bergoglio a manifesté son enthousiasme pour Fédor Dostoïevski, John Ronald Reuel Tolkien et Jorge Luis Borges.

Le pape est par ailleurs un grand amateur de musique, pas seulement classique. Son auteur préféré serait Ludwig van Beethoven. En revanche, une de ses peintures de prédilection serait La crucifixion blanche de Marc Chagall. Un tableau où le Christ crucifié porte une tunique aux couleurs d’Israël, et où la référence à la persécution des Juifs apparaît clairement.

Traduction d’Océane Le Gall