Avent: L'homme n'est pas le "maître" du monde

Paroles de Benoît XVI à l'angélus

| 1613 clics

ROME, dimanche 27 novembre 2011 (ZENIT.org) – Benoît XVI rappelle que l’homme n’est pas le « maître » du monde. Il invite à se ressaisir du vrai sens de la vie de l’homme sur terre, à l’occasion de la nouvelle année liturgique.

Pour le 1er dimanche de l’Avent, ce dimanche 27 novembre, le pape a prié l’angélus de la fenêtre de son bureau au Vatican.

Le pape s’est adressé aux visiteurs réunis sur une place Saint-Pierre noire de monde. Lorsque le pape s’est profilé, sous un soleil radieux et un ciel d’un bleu automnal, des milliers de personnes l’ont applaudi avec force démonstrations de joie.

Benoît XVI a confié être “touché” par la prière d’Isaïe dans les lectures du jour : " Personne n'invoquait ton nom, nul ne se réveillait pour recourir à toi. Car tu nous avais caché ton visage, tu nous avais laissés au pouvoir de nos péchés" (Is 64,6).

“Cette description, a fait remarquer le pape, semble refléter certains panoramas du monde post-moderne: la ville où la vie devient anonyme et horizontale, où Dieu semble absent et l’homme l’unique maître, qui se fait lui-même l’artisan et le metteur en scène de tout (...) : tout semble dépendre de l’homme seul.”

Cependant, a rappelé le pape, “le vrai "maître" du monde n’est pas l’homme, mais Dieu”. Le temps de l’Avent vient nous rappeler à l’ordre, a commenté le pape, “pour que nous vie retrouve son orientation juste, en direction du visage de Dieu.” “Non pas le visage d’un "maître", a-t-il précisé, mais d’un Père et d’un Ami.”

Benoît XVI a décrit la nouvelle année liturgique comme “un nouveau chemin de foi”, “pour vivre ensemble dans la communauté chrétienne” et pour pénétrer l’histoire du monde “afin de l’ouvrir au mystère de Dieu, au salut qui vient de son amour.”

L’Avent est un “temps magnifique”, a-t-il souligné “où se réveille dans les coeurs l’attente du retour du Christ et la mémoire de sa première venue”.

Le pape a répété à plusieurs reprises l’appel de Jésus dans l’Evangile : "Veillez!" (Mt 13,37), qui s’adresse, “non seulement à ses disciples, mais à tous”.

“C’est un rappel salutaire, a-t-il ajouté, pour se souvenir que la vie n’a pas seulement une dimension terrestre, mais est orientée vers un "au-delà”.”

Concrètement, l’homme devra “rendre compte”, a fait observer le pape, “de la manière dont il a vécu, de la manière dont il a utilisé ses capacités: s’il les a gardées pour lui ou s’il les a faites fructifier également pour le bien de ses frères.”

Après la prière de l’angélus, le pape a salué les francophones en les mettant en garde contre “la menace de l’assoupissement”. “Ne laissons pas s’endormir notre dynamisme spirituel”, a-t-il ajouté. Le pape les a invité à ne pas attendre “passivement”, mais à mettre en oeuvre “activement et joyeusement ce temps de grâce en ouvrant tout grand nos cœurs et nos esprits à la lumière de l’Évangile”.

Anne Kurian