Avent : Le « oui » de Marie a changé le cours de l’histoire

Réflexion du P. Thomas Rosica pour le quatrième dimanche

| 2154 clics

ROME, Jeudi 18 décembre 2008 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous une réflexion du P. Thomas Rosica, c.s.b., sur le quatrième dimanche de l'Avent.

Le P. Thomas Rosica est expert en Ecritures Saintes et professeur d'université, il est également le directeur de la télévision Sel et Lumière au Canada et membre du Conseil général de la Congrégation de saint Basile.

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (1, 6-8.19-28)

L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. » Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait : 'la femme stérile'. Car rien n'est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l'ange la quitta.

Copyright AELF - 1980 - 2006 - Tous droits réservés

Comment résoudre le problème de « Maria » ?

La comédie musicale « La mélodie du Bonheur » et moi avons le même âge : nous sommes tous deux de 1959, et cette adaptation au cinéma est le premier film que j'ai vu avec ma famille au milieu des années soixante. Dieu seul sait combien de fois je l'ai vue sur scène, au cinéma et à la télévision ! Depuis la mi-octobre, la comédie musicale de Rodgers et Hammerstein, « The Sound of Music », fait le bonheur du public au Princess of Wales Theatre à Toronto. Cette magnifique production a d'abord été présentée en Angleterre sous la direction d'Andrew Lloyd Weber. La version torontoise de ce grand spectacle rend justice à la comédie musicale qui, selon certains, renferme les plus grandes chansons d'amour de tous les temps.

L'une des chansons les plus mémorables de la pièce est « Maria », parfois connue sous le titre « Comment résoudre un problème comme Maria ? » Elle est brillamment chantée par soeur Berthe, soeur Sophia, soeur Margaretta et la mère abbesse à l'abbaye des bénédictines de Nonnberg à Salzbourg en Autriche. Les sœurs sont exaspérées par la jeune Maria qu'elles jugent trop frivole et trop superficielle pour la vie austère d'un monastère.

Lorsque les Autrichiens d'un certain âge parlent de « Maria » à Salzbourg, ils pensent à la « Gottesmutter », la Mère du Seigneur ! Les étrangers, en particulier les nord-américains, qui débarquent à Salzbourg, parlent en général d'une autre Marie : Maria Augusta Kutschera, qui deviendra Maria Augusta von Trapp, enseignante à l'école abbatiale après la 1ère Guerre mondiale et sur la vie de laquelle est basé le film « La mélodie du bonheur ».

Cette Maria a conféré à l'abbaye une renommée internationale, à la grande consternation de certaines religieuses ! Je me suis rendu plusieurs fois à l'abbaye de Nonnberg quand j'étudiais l'allemand en Bavière et j'ai parlé avec quelques sœurs, parmi les plus anciennes, de l'impact de la « Mélodie du bonheur » sur leur vie. La prieure m'a dit qu'il n'y avait aucune plaque commémorative de Maria von Trapp et de ses escapades, ni au couvent, ni dans tout Salzbourg ! Une religieuse âgée m'a lancé, avec un sourire,  « Das ist nur Hollywood ! » (Tout ça n'est qu'Hollywood !).

Maria von Trapp a suivi le capitaine et sa petite famille de choristes à travers les Alpes autrichiennes. Ensemble, ils ont fui un régime néo-païen intrinsèquement mauvais qui voulait nier l'existence de Dieu et de son peuple élu. Certains diront que la famille von Trapp vécut heureuse dans le Vermont, aux Etats-Unis, et que sa réputation musicale est maintenue grâce au film et à une comédie musicale qui enchantent les spectateurs. Les collines continuent à vivre de leur musique.

Résoudre le problème de « Maria von Nazareth »

Le récit évangélique de l'Annonciation présente une autre Marie, la grande héroïne des récits de Noël, Marie de Nazareth, celle qui a accepté d'être le lien entre Dieu et l'humanité. Elle est le disciple par excellence qui fait découvrir la bonté et l'humanité de Dieu. Elle a reçu et accueilli la Parole de Dieu dans sa plénitude, sans savoir comment l'histoire allait se terminer. Elle ne comprenait pas toujours cette Parole tout au long de la vie de Jésus, mais elle avait confiance et revenait toujours à la réponse initiale qu'elle avait donnée à l'ange. Elle conservait toutes ses choses et les méditait dans son cœur, littéralement (Lc 2, 19). C'est au Calvaire qu'elle saisit l'ampleur de la responsabilité de son « oui ». Nous avons aussi appris, à travers les quelques passages de l'Écriture à son sujet, qu'elle était une femme de compassion, à la foi profonde, et qu'elle était attentive aux besoins des autres.

Le « problème » de Marie de Nazareth a débuté lorsqu'elle accueillit un étrange visiteur céleste du nom de Gabriel. La jeune femme de Nazareth était extrêmement perturbée d'apprendre qu'elle porterait un fils qui serait Sauveur et Fils du Très-Haut.

« Comment cela sera-t-il, Marie demanda-t-elle à l'ange, puisque je ne connais pas d'homme ? »

L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu ».

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » L'ange la quitta et aussitôt, la mélodie commença : Magnificat anima mea Dominum, ce qui allait devenir le refrain d'une mélodie qui allait remplir le monde de bonheur d'âge en âge.

Marie a reçu un message qui l'a projetée sur une trajectoire qui va bien au-delà du petit village de Nazareth et cette petite bande de terre appelée Israël et Palestine au Moyen-Orient. Le « oui » de Marie allait avoir un impact sur le monde entier, et changer le cours de l'histoire.

Marie de Nazareth a accepté son « problème » et l'a résolu à travers son obéissance, sa fidélité, sa confiance, son espoir et sa joie silencieuse. Au moment de cette annonce à Nazareth, elle ne pouvait pas deviner la fin brutale qu'allait connaître l'enfant qu'elle portait. Ce n'est que sur une colline au Calvaire, bien des années plus tard, qu'elle ferait l'expérience de la pleine responsabilité de son « oui » qui changea l'histoire de l'humanité.

S'il n'y a pas de plaque pour commémorer la rencontre du destin avec Maria von Trapp à l'abbaye de Nonnberg, il existe une petite plaque pour commémorer la rencontre qui a changé la vie de Marie de Nazareth dans son village natal. Au cœur de ce qui est aujourd'hui la ville de Nazareth en Galilée se dresse l'énorme basilique de l'Annonciation, construite à l'endroit même où aurait habité Marie. Une petite plaque est fixée sur l'autel de la salle qui ressemble à une grotte pour commémorer le lieu où Marie reçut un message de l'ange Gabriel lui disant qu'elle allait concevoir et enfanter un fils et qu'elle lui donnerait le nom de Jésus (Lc 1, 31). L'inscription latine dit : Verbum caro hic factum est (Ici, le Verbe s'est fait chair).

Je me souviens encore de ce que j'ai ressenti lorsque je me suis agenouillé devant cet autel pour la première fois en 1988. Cette inscription dans la grotte de l'Annonciation est profonde, grandiose, et peut renouveler la face de la terre. La parole : Verbum caro hic factum est ne se trouve pas sur une plaque votive dans les caves de l'église de la Nativité à Bethléem, ni sur les ruines du Temple ou dans un bureau touristique du gouvernement, à Jérusalem. Elle est posée sur un autel au plus profond de l'imposante structure de l'église de l'Annonciation. C'est là que « le Verbe s'est fait chair... » C'est là que l'histoire a changé, parce que Marie a dit oui.

Ces mots peuvent-ils s'appliquer à nos propres vies, à nos familles, communautés et églises : « Ici le Verbe s'est fait chair » ? Savons-nous comment écouter la Parole de Dieu, la méditer et en vivre chaque jour ? Mettons-nous cette parole en pratique dans nos vies quotidiennes ? Sommes-nous remplis de foi, d'espérance et d'amour, témoignant par notre vie et nos paroles ? Que de mots forts pour parler des chrétiens : leurs paroles deviennent chair !

Aussi beaux et entraînants que soient les airs de Marie de Salzbourg, la musique d'une autre Marie, celle de Nazareth dépassera toujours tout ce que j'ai entendu.