Avoir confiance en Dieu et en ses promesses, ce n'est pas être ingénu

Du message de Benoît XVI pour la Journée mondiale de la paix

| 836 clics

Océane Le Gall

ROME, lundi 17 décembre 2012 (ZENIT.org) – « Avoir confiance en Dieu et en ses promesses, ce n’est pas être ingénu ou loin de la réalité mais faire « l’expérience joyeuse d’un don immense », affirme le Père Federico Lombardi, directeur du Centre de télévision du Vatican (CTV).

Le P. Lombardi revient sur le message du pape Benoît XVI pour la prochaine Journée mondiale de la paix, le 1er janvier 2013, le thème de la béatitude : « Heureux les artisans de paix », présenté vendredi au Vatican (cf. Zenit des 14 et 15 décembre 2013).

Ce message, commente le directeur du CTV et de Radio Vatican, va à contre-courant sous divers aspects. Il réaffirme que « la paix a pour condition préalable le démantèlement de la dictature du relativisme et d’une morale totalement autonome qui exclut la reconnaissance de la loi morale naturelle écrite par Dieu dans la conscience de l’homme », et donc  « revient sur la défense de la vie, du mariage, sur la liberté religieuse et le droit de l’objection de conscience », qui sont des thèmes actuels.

 Mais le pape ne fait pas que cela, relève le porte-parole du Saint-Siège : «  dans le contexte actuel de crise, il insiste sut la fonction sociale de l’Etat, sur le droit au travail, sur le fait que la crise alimentaire est plus grave que la crise financière, sur la nécessité d’un modèle de développement centré non sur le profit mais sur le bien commun, sur la fraternité, sur la valeur du don gratuit ».

Et il le fait, ajoute-t-il, en proposant  « une vraie pédagogie » de la paix, une pédagogie à pratiquer « en famille, à l’école, ou dans une communauté religieuse ou civile », sachant que  la paix … « s’éduque avec clairvoyance ».

« Les quatre piliers de la paix sont la vérité, la liberté, l’amour et la justice », rappelle alors le père Lombardi en renvoyant aux les paroles de Jean XXIII dans son encyclique « Pacem in Terris », car comme celui-ci disait et comme a réaffirmé Benoît XVI: « La paix est un ordre vivifié et structuré par l’amour; ainsi chacun ressent comme siens les besoins et les exigences d’autrui, fait partager ses propres biens aux autres ».

« Ceci peut sembler ingénu, mais nous savons tous que cela est juste. Essayons encore ! », a fait observer le père Lombardi.