Bartholomaios Ier et le cardinal Scola face aux sociétés plurielles

« Résister à la mondialisation destructrice »

Rome, (Zenit.org) | 1202 clics

« Essayons de ne pas avoir peur de résister au courant de mondialisation destructeur et au matérialisme ambiant qui imprègne nos vies : vivons selon les commandements de l’Evangile en nous comportant avec sagesse », a déclaré le patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomaios I, dans son homélie au cours d’une cérémonie œcuménique avec l’archevêque de Milan, le cardinal Angelo Scola. 

Le patriarche œcuménique de Constantinople, était à Milan, la capitale économique italienne, les 15 et 16 mai, pour les 1700 ans de l’édit de Milan, par lequel l’empereur Constantin (306-337) reconnut la liberté de culte à la religion chrétienne. 

Le patriarche Bartholomaios et le cardinal Scola ont été accueilli aux portes de la basilique par l’archevêque émérite de Milan, le cardinal Dionigi Tettamanzi, le curé de Saint-Ambroise, Mgr Erminio de Scalzi et les membres du chapitre de la basilique et du conseil épiscopal de Milan

Durant la cérémonie, célébrée en la basilique Saint-Ambroise, le patriarche et le cardinal ont centré leurs homélies sur la nécessité d’une union entre les différentes églises chrétiennes. 

« La réalisation  de cette union des hommes entre eux et avec Dieu » est « le but de l’existence de l’Eglise », a précisé Bartholomaios I, et « celle est si nécessaire que ce désir est devenu une requête  pour tous les hommes, depuis l’Antiquité. Une requête dont le sens profond constitue le cœur de la foi révélée en Jésus-Christ. Et dans l’Eglise : divisée mais en marche vers l’unité, selon le commandement du Seigneur ».


Le cardinal Scola, a déclaré de son côté : « Nous avons de plus en plus conscience chaque jour de la blessure que représente cette unité manquée entre les chrétiens. Celle-ci dit notre fragile accueil du don de la Trinité qui nous précède. Notre prière ne peut donc qu’être une supplique ardente afin que l’Esprit porte à son accomplissement total le projet du Père qui s’est réalisé en Jésus-Christ. Nous sommes tous au service de ce projet. ».

Au terme de la célébration, le cardinal Scola a annoncé le pèlerinage d’une délégation de l’archidiocèse de Milan au Phanar, siège du patriarcat de Constantinople (Istanbul), du 31 janvier au 2 février, à l’invitation du patriarche Bartholomaios.

« Nous voulons rendre cette visite à Milan du patriarche Bartholomaios et approfondir l’unité et la communion de pensée entre nos deux Eglises », a dit le cardinal Scola, « nous voulons montrer par ce geste la richesse que nos Eglises représentent dans la construction du bien commun, surtout dans une société plurielle comme la nôtre, car la recherche d’unité repose sur le témoignage réciproque et nous oblige à surmonter toute tentation d’hégémonie ».

Car « c’est de cela qu’ont besoin les sociétés plurielles : de fraternité et d’amitié civique, pas d’hégémonie. », a-t-il jouté.

Puis le cardinal Scola et le patriarche de Constantinople sont descendus dans la crypte pour un hommage aux dépouilles de saint Ambroise et des saints Gervais et Protase, très vénérés par le monde orthodoxe.

Le cardinal Scola a offert au patriarche orthodoxe un exemplaire du nouvel évangéliaire ambrosien et une capsella renfermant les reliques des saints Ambroise, Denis, Simplicien, Sénateur, Gervais, Protais, Nazaire et Celsius.

Traduction d'Océane Le Gall