Béatification à Lisieux des parents de sainte Thérèse

Présidée par le cardinal Saraiva Martins

| 2319 clics

ROME, Dimanche 19 octobre 2008 (ZENIT.org) - Quelque 15.000 fidèles ont assisté ce dimanche à la béatification des parents de sainte Thérèse, Louis Martin et Zélie Guérin, à Lisieux.

La cérémonie a été présidée dans la basilique sainte Thérèse par le cardinal José Saraiva Martins, légat du pape et préfet émérite de la Congrégation pour les causes des saints. C'est le deuxième couple béatifié.

A la fin du rite, par lequel le pape a inscrit les deux époux conjointement dans le livre des bienheureux, le cardinal portugais a rendu « grâce à Dieu pour ce témoignage exemplaire d'amour conjugal ».

Cet exemple, a-t-il dit, peut « stimuler les foyers chrétiens dans la pratique intégrale des vertus chrétiennes comme il a stimulé le désir de sainteté chez Thérèse ».

Au moment de la béatification, « je pensais à mon père et à ma mère et je voudrais, en ce moment, que vous aussi pensiez à votre père et à votre mère et qu'ensemble nous remercions Dieu de nous avoir créés et fait chrétiens à travers l'amour conjugal de nos parents », a poursuivi le cardinal.

Louis Martin (1823-1894) et son épouse Zélie Guérin (1831-1877) ont eu neuf enfants, dont quatre sont décédés très jeunes.

Le premier couple béatifié est un couple italien : Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi (décédés en 1951 et 1965 et béatifiés en 2001 par Jean-Paul II).

Le cardinal Saraiva Martins a présenté les parents de sainte Thérèse comme « un don pour les époux de tous âges par l'estime, le respect et l'harmonie avec lesquels ils se sont aimés pendant 19 ans ».

Ils sont aussi « un don pour les parents », et « pour tous ceux qui ont perdu un conjoint », a-t-il ajouté.

« Le veuvage est toujours une condition difficile à accepter, a-t-il reconnu. Louis a vécu la perte de sa femme avec foi et générosité, préférant, à ses attraits personnels, le bien de ses enfants ».

Enfin, ils sont « un don pour ceux qui affrontent la maladie et la mort », a poursuivi le cardinal.

« Zélie est morte d'un cancer, Louis a terminé son existence, éprouvé par une artériosclérose cérébrale. Dans notre monde qui cherche à occulter la mort, ils nous enseignent à la regarder en face, en s'abandonnant à Dieu », a-t-il dit.

Le jeune italien de Monza dont la guérison inexplicable, en 2002, a été attribuée à l'intercession des parents de sainte Thérèse, patronne des missions et docteur de l'Eglise, a assisté ce dimanche à la cérémonie de béatification.

L'enfant était né avec une malformation aux poumons. Les médecins avaient déclaré qu'il ne pourrait survivre. Sa mère avait demandé sa guérison à Dieu par l'intercession de Louis et Zélie. Une commission scientifique a reconnu sa guérison comme inexplicable.