Béatification de Cecilia Eusepi, « clown » de l'Enfant Jésus

Dix-huit ans, en union avec le Christ

| 1397 clics

Anne Kurian

ROME, dimanche 17 juin 2012 (ZENIT.org) – Cécile Eusepi (1910-1928) a vécu sa maladie avec « une foi inébranlable » et en « profonde union » avec le Christ, affirme Benoît XVI.

Une maladie qui n'a pas altéré le sens de l'humour de la jeune fille, puisqu'elle se surnommait elle-même "le clown de l'Enfant Jésus".

Après la prière de l’angélus, qu’il a présidée sur la place Saint-Pierre, au Vatican, ce dimanche 17 juin 2012, le pape a évoqué la béatification de Cecilia Eusepi, célébrée aujourd’hui à Nepi, dans le diocèse de Civita Castellana.

Morte à seulement 18 ans, Cecilia Eusepi était tertiaire de l'Ordre des Servites de Marie. Alors qu’elle souhaitait devenir « religieuse missionnaire », rappelle le pape, elle fut « forcée d’abandonner le couvent à cause de la maladie », notamment une affection des poumons.

Mais elle vécut sa maladie, précise-t-il, « avec une foi inébranlable », montrant une « grande capacité de sacrifice pour le salut des âmes » et vivant « en profonde union avec le Christ crucifié ».

Elle répétait, conclut-il : «Il est beau de se donner à Jésus, qui s’est donné tout entier pour nous».

Cecilia Eusepi, est surnommée le “Lys parfumé” de Nepi, ville de la région du Latium, au Nord de Rome. Dans les dernières années de sa vie, de nombreuses personnes, dont des prêtres et séminaristes, venaient lui rendre visite, obtenant d’elle conseil et soutien. Une rue de la ville porte déjà le nom de la jeune fille.

C’est le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, qui représentait le pape pour la cérémonie de béatification.

Dans le cadre de cette béatification, la famille des Servites a organisé, dans la nuit du 5 au 6 mai dernier, sa XXVIIe Marche nationale. A la fin de cette Marche, les participants se sont vu remettre le « symbole du clown », en mémoire de l’autobiographie de Cecilia, qu’elle a voulu intituler «Histoire d’un clown», se voyant comme un «clown» entre les mains de l’Enfant Jésus.

Frère Angel, prieur général de la famille des Servites, déclare dans le bulletin d’information de l’Ordre, de ce mois de juin 2012, que Cecilia « sut faire preuve d’une vie consacrée au Seigneur ».

La jeune fille, poursuit-il, « invite à mettre notre confiance en Dieu, à grandir dans notre amour pour Marie, à être humbles et simples ». Elle invite « à proclamer avec elle, suivant ses propres paroles: «ma passion, c’est de chanter l’amour».

Jean-Paul II avait déclaré Cecilia Eusepi « vénérable » en 1987. Le décret reconnaissant un miracle et ouvrant la voie pour sa béatification avait été promulgué par Benoît XVI le 1er juillet 2010.