Bénin : Pour le pape, la fraternité est fondamentale pour une société épanouie

Discours de Benoît XVI au nouvel ambassadeur

| 1941 clics

ROME, Vendredi 28 mai 2010 (ZENIT.org) - « La fraternité est un principe fondamental et une vertu basilaire pour réaliser une société authentiquement épanouie », a déclaré Benoît XVI dans son message à l'ambassadeur du Bénin près le Saint-Siège, M. Comlanvi Théodore Loko, qui lui a présenté ses lettres de créance ce vendredi matin. Le pape a construit son discours autour de la devise du pays : « Fraternité - Justice - Travail ».

M. Loko est le premier ambassadeur du Bénin près le Saint-Siège à résider à Rome, au moment où le pays fête les 150 ans de son évangélisation.

Le pape a commenté cette installation à Rome en remerciant le président Thomas Boni Yayi : « J'apprécie ce geste qui souligne l'excellence des relations qui existent entre la République du Bénin et le Saint-Siège et la grande considération que porte le peuple béninois à l'Eglise catholique ».

Le pape, comme l'ambassadeur, a évoqué le regretté cardinal Bernardin Gantin, décédé il y a deux ans déjà en rendant hommage à « cet homme d'Eglise remarquable », « noble fils de votre nation », et «  authentique constructeur de ponts entre les cultures et les continents ».

Le pape a également évoqué un événement important du pays - pas seulement « politique » - : la Conférence des Forces vives de la Nation, de février 1990, qui a « témoigné de la relation intime entre la foi et son expression dans la vie publique du Bénin ».

Le caractère sacré de la vie

«  Je demande à Dieu de bénir les efforts de tous ceux qui travaillent à l'édification d'une société érigée sur la justice et la paix, dans la reconnaissance des droits de toutes les composantes de la nation. La réalisation d'un tel idéal nécessite l'union fraternelle, l'amour de la justice et la valorisation du travail », a ajouté le pape.

Et d'insister sur cet aspect de fraternité : « Les Béninois sont invités à promouvoir une authentique fraternité. Celle-ci est une condition primordiale pour la paix sociale et un facteur de promotion humaine intégrale. Elle est une perle précieuse qu'il faut savoir conserver et cultiver en bannissant les divisions qui peuvent porter atteinte à l'unité de la nation et à l'harmonie au sein même des familles ».

Mais le pape souligne que le pays a les antidotes nécessaires : « Face à de telles déstabilisations possibles, les valeurs puisées dans votre patrimoine culturel seront une aide précieuse pour affermir leur identité et leur vocation propre ».

Le pape cite spécialement « le respect du caractère sacré de la vie, dont il est nécessaire de tirer les conséquences face à tout ce qui y porte atteinte, notamment dans le cadre des législations ».

La justice, facteur d'efficacité

Toujours à propos de la fraternité, le pape a précisé : « Expression concrète de l'égale dignité de tous les citoyens, la fraternité est un principe fondamental et une vertu basilaire pour réaliser une société authentiquement épanouie, car elle permet de valoriser toutes les potentialités humaines et spirituelles. La fraternité doit aussi conduire à la recherche de la justice dont l'absence est toujours cause de tensions sociales et entraîne de nombreuses conséquences néfastes ».

Benoît XVI diagnostique les obstacles à cette fraternité : « La recherche de l'intérêt personnel au détriment du bien commun sont un mal qui ronge lentement les institutions publiques, freinant ainsi le développement intégral de l'être humain ».

Il invite les dirigeants à cultiver « la transparence dans ses structures et l'éthique qui anime la vie de toute société », à être « justes », car « la justice accompagne toujours la fraternité » et elle «  constitue un facteur d'efficacité et d'équilibre social permettant aux Béninois de participer aux ressources humaines et naturelles, de vivre dignement et d'assurer l'avenir de leurs enfants ».

Le travail, moyen de réalisation

A propos du développement, le pape souligné l'importance du travail : « il est co-existentiel à la condition humaine, car l'être humain se réalise pleinement par son travail ».

« L'amour du travail l'ennoblit et crée une vraie symbiose entre les personnes, ainsi qu'entre l'être humain et les autres éléments de la création. En mettant en valeur le travail, l'homme peut pourvoir à ses besoins vitaux et peut contribuer à la construction d'une société prospère, juste et fraternelle », a souligné Benoît XVI.

Le pape souligne que le travail est inscrit dans la devise du pays. Il salue cette « fraternité active » des béninois envers les Haïtiens à l'occasion du séisme.

Le pape a aussi adressé un message aux catholiques en soulignant l'importance de l'œcuménisme et en rappelant que « la liberté religieuse ne peut que contribuer à enrichir la démocratie et à favoriser le développement ».

Anita S. Bourdin