Benoît XVI à « Communion et Libération » : Porter au monde « la vérité, la beauté et la paix »

Pour les 25 ans de reconnaissance canonique

| 1733 clics

ROME, Mardi 27 mars 2007 (ZENIT.org) – Benoît XVI encourage les membres de la Fraternité de « Communinon et Libération » à continuer d’apporter au monde « la vérité, la beauté et la paix ».



Le pape a reçu samedi place Saint-Pierre quelque 80.000 membres de cette fraternité à l’occasion du 25e anniversaire de sa reconnaissance canonique. Fides publie une traduction du discours du pape.

Benoît XVI rappelait cette mission confiée à la Fraternité par Jean-Paul II : « Allez dans le monde entier porter la vérité, la beauté et la paix, qui se rencontrent dans le Christ Rédempteur ».

Le pape évoquait également la réponse du fondateur à cet appel : « Don Giussani fit de ces paroles le programme de tout le mouvement, et pour Communion et Libération ce fut le début d’une saison missionnaire qui vous a conduit dans quatre-vingt pays. Aujourd’hui, je vous invite à continuer dans cette voie, avec une foi profonde, personnalisée et solidement enracinée dans le Corps vivant du Christ, l’Eglise, qui garantit la contemporanéité de Jésus avec nous ».

C’est d’ailleurs le cardinal Joseph Ratzinger qui a présidé les funérailles du fondateur.

Le pape confiait qu’il était lié d’amitié avec celui-ci : « L’Esprit Saint a suscité dans l’Eglise, à travers lui, un mouvement (...) qui témoigne de la beauté d’être chrétien à une époque où se diffusait l’opinion que le christianisme était quelque chose de pénible et d’opprimant à vivre ».

Le pape soulignait l’importance des jeunes pour le fondateur : « Don Giussani s’engagea alors à réveiller chez les jeunes l’amour du Christ “Voie, Vérité, et Vie”, répétant qu’Il est la seule voie pour la réalisation des désirs les plus profonds du coeur de l’homme, et que le Christ ne nous sauve pas au détriment de notre humanité, mais à travers elle ».

Il cherchait, disait encore le pape, « la Beauté même, la Beauté infinie qu’il a trouvée dans le Christ » et, comme l’a affirmé Jean-Paul II, « l’intuition originale pédagogique de Communion et Libération est dans le fait de proposer de façon fascinante et en harmonie avec la culture contemporaine l’événement chrétien, perçu comme source de nouvelles valeurs et capable d’orienter l’existence entière ».

C’est ainsi, continuait le pape, que la famille spirituelle de Communion et Libération grandit grâce à « une rencontre renouvelée avec le Christ ».

Et elle propose de « vivre de façon profonde et actualisée la foi chrétienne, d’une part dans une fidélité et une communion totales avec le Successeur de Pierre et avec les pasteurs qui assurent le gouvernement de l’Eglise; de l’autre avec une spontanéité et une liberté qui permettent de nouvelles et prophétiques réalisations apostoliques et missionnaires ».

Le pape y voit « un signe de la fécondité de l’Esprit du Seigneur, pour que se manifeste dans le monde la victoire du Christ ressuscité, et pour que s’accomplisse le mandat missionnaire confié à toute l’Eglise ».

Benoît XVI citait sa récente exhortation au clergé de Rome, à « ne pas éteindre les charismes ».

« Si le Seigneur nous donne de nouveaux dons, disait le pape, nous devons en être reconnaissants, même si parfois ils sont inconfortables. En même temps, puisque l’Eglise est une, si les mouvements sont réellement des dons de l’Esprit Saint, ils doivent naturellement s’insérer dans la Communauté ecclésiale et la servir de sorte que, dans le dialogue patient avec les pasteurs, ils puissent constituer des éléments édifiants pour l’Eglise d’aujourd’hui et de demain ».