Benoît XVI : A Noël, Dieu vient pour « les blessés de la vie et les orphelins de joie »

Angélus

| 1801 clics

ROME, Dimanche 17 décembre 2006 (ZENIT.org) – En ce dimanche où la liturgie appelle à la joie, le pape Benoît XVI a rappelé que la joie n’est pas destinée aux chrétiens seulement mais en particulier aux « plus pauvres de joie » : aux victimes de la guerre, aux malades, aux personnes seules, aux jeunes qui ont perdu le sens de la vraie joie.


« La joie… est une annonce prophétique destinée à l’humanité tout entière, en particulier aux plus pauvres, dans ce cas aux plus pauvres de joie », a affirmé le pape avant la prière de l’Angélus en présence de plusieurs milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre.

« Pensons à nos frères et sœurs qui, spécialement au Moyen-Orient, dans certaines régions d’Afrique et dans d’autres parties du monde vivent le drame de la guerre : quelle joie peuvent-ils vivre ? Comment sera leur Noël ? », s’est interrogé le pape.

« Pensons aux nombreux malades et personnes seules qui, en plus d’être éprouvés dans leur corps, le sont également dans leur âme, car il n’est pas rare qu’ils se sentent abandonnés : comment partager la joie avec eux, sans manquer de respect pour leur souffrance ? » a-t-il poursuivi.

Le pape a également eu une pensée pour ceux « spécialement les jeunes – qui ont perdu le sens de la vraie joie, et la cherchent en vain là où il est impossible de la trouver : dans la course désespérée vers l’affirmation de soi et le succès, dans les faux divertissements, dans la société de consommation, dans les moments d’ébriété, dans les paradis artificiels de la drogue et de toute forme d’aliénation ».

« C’est précisément à ceux qui sont dans l’épreuve, aux ‘blessés de la vie et orphelins de la joie’ que s’adresse de manière privilégiée la Parole du Seigneur », a affirmé Benoît XVI

« L’invitation à la joie n’est ni un message aliénant, ni un palliatif stérile mais au contraire, une prophétie de salut, un appel à un rachat qui part du renouvellement intérieur », a-t-il expliqué.

« Avec l’aide de Marie, offrons-nous nous-mêmes, avec humilité et courage, afin que le monde accueille le Christ, qui est la source de la vraie joie », a conclu Benoît XVI.