Benoît XVI appelle à un « nouvel humanisme sportif »

Un commentaire sur le message du pape au Tour de France

| 1715 clics


ROME, Jeudi 23 juillet (ZENIT.org). - Le message de Benoît XVI doit ouvrir une nouvelle réflexion sur les valeurs du sport, en particulier face à la diffusion du doping, estime Edio Costantini, président de la Fondation Jean-Paul II pour le sport. 

« Les paroles du pape aux cyclistes du Tour de France, encouragent à rechercher un nouvel humanisme sportif » affirme-t-il dans un communiqué envoyé à ZENIT.

« Celles-ci devraient inciter le monde du sport à réfléchir et repenser, aujourd'hui et non demain, de quelle manière il est possible de promouvoir une pratique sportive éducative qui ne soit pas éphémère, neutre, une fin en soi », ajoute-t-il.

Le pape a salué mardi dernier le passage du Tour de France au Val d'Aoste, où il se trouve en vacances, à travers un message dans lequel il demande que « l'engagement dans le sport contribue à la croissance intégrale de la personne, ne soit jamais séparé du respect des valeurs morales et soit attentif aux valeurs éducatives ». 

Evoquant les cas répétés de doping qui se vérifient non seulement dans le sport professionnel, mais également dans le sport amateur,  le président de la Fondation n'hésite pas à parler de crise sportive des valeurs.

« La crise éthique et morale d'une grande partie du sport professionnel risque de conditionner tout le mouvement sportif, surtout les comportements des nouvelles générations », relève-t-il.

«Avoir découvert qu'une jeune fille de 16 ans était accompagnée par son père dans un cabinet médical pour y recevoir des perfusions de substances dopantes, est déconcertant » ajoute-t-il. 
 
Edio Costantini espère que l'avertissement du pape servira d'encouragement aux sportifs croyants à prendre un nouveau départ mais qu'il sera également entendu par toute la société civile pour jeter les bases du sport de demain.

« Nous pensons qu'il est urgent de reproposer à tous les dirigeants, entraîneurs, parents, médecins, journalistes, éducateurs, un sérieux examen de conscience sur le rapport entre la pratique sportive et la formation éthique et morale de nos enfants, mais surtout sur le rôle de la société sportive comme lieux d'éducation ».

« Des générations entières se sont succédé sur les terrains de foot de nos paroisses et de nos pays, et ont appris 'en jouant' les valeurs de la paix, du partage et de la justice, du respect de l'autre et des règles », souligne-t-il.  

« Nos pères ont construit et favorisé un système sportif italien unique au monde, en ayant bien à l'esprit le modèle de personnes qu'ils souhaitaient et quelle société civile ils voulaient construire ».  

« Aujourd'hui, conclut-il, c'est animés de la même force que nous sommes appelés à lancer une nouvelle proposition sportive et éducative, capable d'indiquer les lignes du système sportif du XXIème siècle ».