Benoît XVI aux gardes suisses : grandir en homme et en chrétien

| 1327 clics

ROME, Vendredi 7 mai 2010 (ZENIT.org) - Après la prestation de serment de 30 nouveaux hallebardiers, dans l'après-midi du 6 mai, Benoît XVI les a reçus ce vendredi avec leur famille. Le pape a souhaité qu'à travers ce « service de garde », ils portent l'héritage de leurs prédécesseurs et grandissent « en tant qu'hommes et en tant que chrétiens ».

« Vous pouvez être fiers » d'appartenir à la Garde Suisse Pontificale a affirmé le pape en rappelant la « longue histoire » de ce corps de garde.

S'exprimant dans trois des quatre langues nationales suisses - allemand, français, italien - le pape a invité les nouveaux Gardes Suisses à prendre conscience qu'en entrant à la Garde, ils sont « d'une façon indirecte mais réelle associés au service de Pierre dans l'Eglise ».

« A partir d'aujourd'hui, dans votre méditation de la Parole de Dieu, je vous invite à prêter une grande attention à l'apôtre Pierre lorsque celui-ci, après la résurrection du Christ, s'attache à remplir la mission que le Seigneur lui a confiée », a expliqué le pape.

Ces passages « éclaireront le sens de votre noble engagement, et cela d'une façon singulière aux heures possibles de lassitude ou de fatigue ».

Benoît XVI a alors évoqué le passage des Actes des Apôtres (cf. Ac 9, 32) où Pierre parcourt la Judée pour visiter les fidèles. « Le pape veut avoir la même attention pour toutes les Eglises et pour chaque fidèle, ainsi que pour tout homme qui attend quelque chose de l'Eglise », a-t-il ajouté.

« Les dimensions de votre cœur sont appelées à s'élargir », a encore affirmé le pape devant les nouvelles recrues de la Garde Suisse. « Votre service vous poussera à découvrir dans le visage de chaque homme et de chaque femme un pèlerin qui, sur sa route, attend de rencontrer un autre visage à travers lequel lui soit donné un signe vivant du Seigneur, Maître de toute vie et de toute grâce ».

Il a enfin souligné combien leur devoir, « vécu avec conscience professionnelle et avec le sens du surnaturel », les préparera à affronter et à assumer leurs « engagements futurs, personnels et publics » comme « de vrais disciples du Seigneur ».

Marine Soreau