Benoît XVI baptise 13 enfants dans la Chapelle Sixtine

Le baptême nous donne la plénitude de la vie, rappelle-t-il

| 2148 clics

ROME, Dimanche 13 janvier 2008 (ZENIT.org) - Alors que la liturgie de l'Eglise célébrait ce dimanche le baptême de Jésus, le pape Benoît XVI a présidé une célébration eucharistique au cours de laquelle il a administré le baptême à 13 enfants. Il leur a ouvert le ciel, comme il l'a expliqué avant la prière de l'Angélus.

Au milieu des pleurs des enfants (huit petites filles et cinq garçons) qui résonnaient dans la Chapelle Sixtine ce matin, le pape a confessé sa « joie spéciale » de pouvoir administrer le premier sacrement de la vie chrétienne aux nouveau-nés.

Dans son homélie, le pape a réfléchi sur le « mystère de la vie », de la « vie humaine » représentée par les nouveau-nés, et de la « vie divine », que Dieu donne aux baptisés.

Les parents des enfants, employés à la Cité du Vatican, ont assisté à la célébration accompagnés des parrains et marraines et de quelques membres de leurs familles.

Désignant les peintures de Michel-Ange qui décorent la Chapelle Sixtine, le pape a opposé la « réalité de la mort » à « l'expérience de la vie ».

« Dans le baptême, le petit être humain reçoit une vie nouvelle, la vie de la grâce, qui le rend capable d'entrer en relation personnelle avec le Créateur, et ceci pour toujours, pour toute l'éternité », a expliqué le pape.

« L'homme est malheureusement capable d'éteindre cette nouvelle vie avec son péché, se réduisant à une situation que la Sainte Ecriture appelle la ‘seconde mort' », a-t-il déploré.

« Alors que pour les autres créatures, qui ne sont pas appelées à l'éternité, la mort signifie seulement la fin de la vie sur la terre, en nous, le péché crée un gouffre qui risque de nous engloutir pour toujours si le Père qui est au ciel ne nous tend pas la main », a poursuivi le pape.

Benoît XVI a ainsi expliqué le mystère du baptême : « Dieu a voulu nous sauver en allant lui-même jusqu'au fond de l'abîme de la mort, afin que tout homme, y compris celui qui est tombé tellement bas qu'il ne voit plus le ciel, puisse trouver la main de Dieu, s'y agripper et remonter des ténèbres pour revoir la lumière pour laquelle il a été fait ».

« Nous sentons tous, nous percevons tous intérieurement que notre existence est un désir de vie qui invoque une plénitude, un salut. Cette plénitude de vie nous est donnée dans le baptême », a-t-il expliqué.

S'adressant aux parents, Benoît XVI a reconnu que pour grandir, les enfants auront besoin de « soins matériels et de tant d'attentions ». « Mais ce dont ils auront plus besoin, ce qui leur sera même indispensable, c'est connaître, aimer et servir Dieu fidèlement, pour avoir la vie éternelle », a-t-il insisté.

Le pape a célébré l'Eucharistie à l'ancien autel situé au-dessous du Jugement universel, au lieu de faire installer au centre, sur une estrade, un autel supplémentaire, « pour ne pas altérer la beauté et l'harmonie de ce joyau architectural », explique une note vaticane.

Le pape s'est ainsi parfois retrouvé « le dos aux fidèles et le regard tourné vers la Croix, orientant ainsi l'attitude et la disposition de toute l'assemblée », tout en utilisant le Missel ordinaire, et non celui qui précède le Concile Vatican II.

A midi, avant de réciter la prière de l'Angélus avec les fidèles rassemblés place Saint-Pierre, Benoît XVI est revenu sur le sens du baptême en expliquant que « toute la mission du Christ se résume ainsi : nous baptiser dans l'Esprit Saint, pour nous libérer de l'esclavage de la mort et ‘nous ouvrir le ciel', c'est-à-dire l'accès à la vie véritable et pleine ».

Celle-ci est, a-t-il expliqué en citant son encyclique sur l'espérance, « une immersion toujours nouvelle dans l'immensité de l'être, tandis que nous sommes simplement comblés de joie » (Spe salvi, 12).

« Prions pour tous les chrétiens afin qu'ils comprennent toujours mieux le don du Baptême et s'engagent à le vivre avec cohérence, en témoignant de l'amour du Père du Fils et de l'Esprit Saint », a conclu le pape.

Jesús Colina