Benoît XVI comment le psaume 144: « Dieu n’est pas indifférent à l’histoire humaine »

Audience du mercredi

| 782 clics

ROME, Mercredi 1er février 2006 (ZENIT.org) – « Dieu n’est pas indifférent à l’histoire humaine »: le pape Benoît XVI a en effet commenté en ces termes, lors de l’audience générale de ce mercredi, le psaume 144 que l’Eglise latine chante aux vêpres le vendredi de la 4e semaine liturgique.



Des milliers de visiteurs étaient présents en la salle Paul VI du Vatican pour ce rendez-vous hebdomadaire du pape.

« Le psaume 144, expliquait Benoît XVI, exalte le Seigneur comme un roi qui aime son peuple avec tendresse. Cette représentation de Dieu comme «roi», présente dans beaucoup de psaumes et dans la prédication du Christ, exprime le projet de salut divin ».

Il insistait: « Dieu n’est pas indifférent à l’histoire humaine, il a sur elle un dessein de paix, et il appelle toute l’humanité à l’accomplir, pour qu’elle adhère à sa volonté de salut qui s’étend à toutes les générations et dans tous les siècles ».

« La louange du psalmiste célèbre les œuvres de salut, qui révèlent l’amour du Seigneur envers ses créatures, continuait le pape. Comme une prière litanique, elle exalte les œuvres de Dieu, ses merveilles, ses prodiges, sa puissance, sa grandeur, sa justice, sa patience, sa miséricorde et sa tendresse ».

Benoît XVI soulignait la différence entre ce règne et un règne humain en faisant observer: « Ainsi, le règne de Dieu n’est pas fait de domination, de triomphe et d’oppression, comme il arrive souvent pour les royaumes terrestres, mais il est manifestation de bonté et de grâce ».

Faisant implicitement allusion à sa première encyclique intitulée « Dieu est Amour » (« Deus caritas est »), publiée il y a tout juste une semaine, le pape affirmait: « Nous préparant à la profession de foi de saint Jean dans sa première Lettre, qui affirme que Dieu est amour, le psaume proclame : le Seigneur est «lent à la colère et plein d’amour», sa bonté «est pour tous, sa tendresse pour toutes ses œuvres». »